Belgique

Le tribunal correctionnel de Malines a reconnu jeudi Arben Imishti, un combattant en Syrie originaire de Schoten (province d'Anvers) coupable d'assassinat terroriste et l'a condamné à 30 ans de prison. L'homme apparaît aux côtés de Jihadi John sur une vidéo d'une décapitation dans laquelle il passe également à l'acte. L'homme, qui faisait défaut au procès, n'était pas masqué et a pu être identifié par les services de sécurité comme un homme de 38 ans, de Schoten.

Les membres de sa famille soutiennent qu'il est décédé, ce que ne croit pas le parquet fédéral. "Ce ne serait pas la première fois que quelqu'un est déclaré mort en Syrie, de sorte que cette personne puisse rentrer clandestinement en Belgique et échapper à son procès. Nous n'avons reçu aucun certificat de décès. Le seul message que nous avons eu concernant sa mort provenait d'un émir de l'Etat islamique, informant la famille qu'Arben avait rejoint le paradis. C'est, selon nous, insuffisant pour affirmer qu'il est décédé", a déclaré le procureur fédéral.

Les faits remontent à novembre 2014, à peine deux mois après le départ d'Arben Imishti vers la Syrie. La vidéo en question montre la décapitation simultanée d'une vingtaine de soldats de l'armée syrienne.

L'homme a été condamné par défaut à 30 ans de prison, peine requise par le parquet fédéral, et est déchu à vie de ses droits. Son arrestation immédiate a été prononcée.

Financé par sa famille

Les services chargés de l’antiterrorisme avaient constaté qu’Arben Imishti était resté en contact avec sa mère et sa sœur, à qui il avait régulièrement demandé de l’argent pour financer ses achats d’armes et de matériel.

Sa mère et sa sœur ont été condamnées en février à 12 et 8 mois de prison avec sursis pour l’avoir financé. Elles lui avaient envoyé au minimum 9 000 euros.

La mère, Shqipe Imishti, a prétendu qu’un inconnu l’avait appelée de Syrie il y a un an pour dire que son fils est "mort en martyr". Il n’y a pas de preuves.