Belgique

Un camp de migrants a été démantelé mardi matin à proximité de l'aire d'autoroute de Spy, à Jemeppe-sur-sambre, dans la province de Namur. Trois personnes ont été interpellées, ont indiqué conjointement le bourgmestre et le chef de corps de Jemeppe-sur-Sambre. L'opération a mobilisé une vingtaine d'agents des polices locale, fédérale, de la route et judiciaire, et vise à éviter l'installation de camps permanents, les incidents et ramener un sentiment de sécurité dans le village. Les migrants viennent généralement en train puis en bus depuis Bruxelles pour tenter de rentrer dans un camion sur l'aire de Spy qui les amènera à Calais, dernière étape avant de rejoindre l'Angleterre. Cependant, tous n'accèdent pas à un camion, et en attendant de petits campements se forment à proximité.

"Ils s'y cachent et dorment là. La Croix-Rouge passe régulièrement, de même que certains riverains, mais nous avons aussi un devoir de sécurité publique", précise le chef de corps. "Des problèmes de salubrité se posent, mais aussi de sécurité, car certains migrants n'hésitent pas à traverser l'autoroute en courant".

Des inquiétudes se développent aussi auprès d'une partie de la population, mais aucune augmentation d'actes de vandalisme n'a été recensée.

En parallèle, la police tente également de démanteler un éventuel trafic d'êtres humains à plus grande échelle. "L'existence d'éventuels passeurs en Belgique qui leur indiqueraient la voie à suivre en échange d'argent est envisagée", précise la police.

Des opérations de ce type seront renouvelées régulièrement. "Nous ne pourrons pas endiguer ce phénomène, qui reste très malheureux, mais nous ne voulons pas que des campements se forment à Spy", affirme le bourgmestre.

Pour rappel, fin mai, plusieurs interpellations avaient été effectuées par la police fédérale après une bagarre impliquant une soixantaine de migrants sur l'aire de Spy. En province de Namur, d'autres aires sont concernées par le phénomène, dont Aische-en refail (Eghezée) et Wanlin.