"Un débat démocratique" sur le parcours d'intégration

Belga Publié le - Mis à jour le

Belgique Le débat sur le caractère obligatoire du parcours d'intégration que projette le gouvernement wallon pour les personnes primo-arrivantes est ouvert, comme tout autre débat démocratique, a tenu à affirmer mercredi la ministre wallonne de l'Action sociale Eliane Tillieux (PS) en séance plénière du parlement wallon.

Elle a rappelé une fois de plus le projet que le gouvernement - qui a inscrit ce parcours dans sa déclaration de politique régionale - envisage pour les personnes étrangères établies durablement en Wallonie, sans titre de séjour définitif, depuis plus de trois ans.

Actuellement, le gouvernement planche sur la mise en oeuvre des différents modules via les centres régionaux d'intégration qui existent depuis 1996. Trois phases sont envisagées: l'accueil (un guichet unique auquel 8 emplois nouveaux seront affectés, des entretiens et un bilan des connaissances, des diplômes et des possibilités de formation), les modules d'insertion (langue, citoyenneté) et l'insertion socio-professionnelle.

Le débat sur le caractère obligatoire "est ouvert, même si nous ne l'avons pas voulu" lors d'un précédent débat sur une proposition MR, a souligné la ministre. "C'est un débat démocratique", a-t-elle ajouté face à l'agitation de plusieurs députés MR. Eliane Tilleux a dit espérer le dépôt d'un projet de décret au gouvernement wallon d'ici la fin de l'année.

Le député Mathieu Daele (Ecolo) a dénoncé la manière dont le MR présentait le débat ces derniers jours, alors que le parlement wallon a déjà mené des auditions et discuté d'une proposition des réformateurs sur le sujet. Serdar Kilic (PS) s'est dit "comblé" du fait qu'on ne transpose pas aveuglément ce qui existe déjà par ailleurs.

Publicité clickBoxBanner