Belgique

L'association Child Focus se montre satisfaite de la nouvelle loi, a indiqué le porte-parole de l'association Dirk Depover. Selon lui, elle permet de tenir compte des proches du disparu et pas uniquement de celui-ci, "comme c'était le cas auparavant". Le choix est laissé aux proches d'introduire une demande de déclaration de décès, ajoute-t-il. Il y voit une façon de prendre en considération l'espoir de certains parents de voir revenir le disparu.

Le papa d'Elisabeth Brichet, lui, considère qu'il est difficile d'admettre qu'on puisse déclarer un disparu mort après cinq ans seulement. C'est symboliquement traumatisant, estime-t-il.

Par ailleurs, Child Focus encourage l'adoption d'un arrêté royal portant sur "la victimisation secondaire par les services administratifs". L'association a constaté que les parents d'un enfant disparu reçoivent encore du courrier adressé à celui-ci. C'est douloureux. Les autorités devraient être informées de l'existence d'une situation particulière par le biais du Registre national et juger, au cas par cas, de l'opportunité de l'envoi d'un courrier.