Belgique

Un formateur indépendant a été interdit d'accès à la prison de Mons pour avoir donné une formation en informatique non appropriée aux détenus dans le cadre des "cours d'été".

L'atelier, qui devait porter sur le thème du voyage, parlait du darknet, un réseau internet parallèle et anonyme. L'information a été révélée par le syndicat CGSP et confirmée par l'administration pénitentiaire. Le formateur, qui travaillait pour l'Atelier d'éducation permanente pour personnes incarcérées (Adeppi), a été interdit de séjour dans l'établissement pénitentiaire montois en raison de son cours jugé inapproprié.

"Ce cours montrait clairement comment naviguer sur internet tout en restant intraçable", a indiqué Michel Strady, de la CGSP. "C'est un agent de la prison qui s'est rendu compte du contenu de la formation. L'atelier d'été a été immédiatement stoppé et les documents papier ont été retirés aux détenus. Nous trouvons ce problème d'autant plus incroyable que ce cours a été donné à des présumés terroristes." Selon la CGSP, la formation aurait été donnée dans d'autres prisons.

Selon le SFP Justice, le formateur n'était pas fixe à la prison de Mons. "C'est un freelance travaillant pour l'oganisme d'éduction permanente Adeppi", a indiqué Kathleen Van De Vijver, porte-parole de l'administration pénitentiaire. "Adeppi organise des ateliers d'été de quatre jours dans les prisons. Le thème du 3 juillet à Mons était le voyage. Mais, le 4 juillet, la direction de la prison a été informée par un agent quant au thème réellement abordé la veille qui n'avait rien à voir avec le voyage mais bien avec le darknet. Il est clair que le formateur n'a pas travaillé dans la déontologie. Contact a été pris avec Adeppi et la Communauté française et les mesures ont tout de suite été mises en œuvre."

Le formateur a été interdit d'accès à la prison et suspendu jusqu'à nouvel ordre, tandis qu'un rapport a été transmis à la direction régionale, selon le SPF Justice. La formation, qui devait être donnée aux prisons de Leuze et de Tournai, a été suspendue. Une enquête est en cours pour comprendre pourquoi le thème du cours a changé.