Belgique

Dans la série "faites ce que je dis et pas ce que je fais", le cas de M. "Q" vaut le détour. Vincent Van Quickenborne, ministre de l'Economie du gouvernement Leterme, est responsable des Télécommunications. Le libéral flamand doit donc gérer avec application tout ce qui se rapporte de près ou de loin aux Télécoms. Dans sa note de politique générale, présentée la semaine dernière, il dit vouloir "obtenir des tarifs de téléphonies mobile et fixe moins chers pour les consommateurs finaux par le biais d'une plus grande concurrence" . Jusque-là, tout va bien...

Mais voilà qu'il apparaît que le ministre des Télécoms est le propriétaire (et utilisateur frénétique) d'un téléphone mobile iPhone de la marque Apple. Problème, l'iPhone n'est (officiellement) pas en vente en Belgique ! Car il ne peut pas être activé... Sauf de manière "pirate". C'est que le fabricant américain doit encore "sélectionner" un opérateur téléphonique pour travailler sur le marché belge : Mobistar et Proximus sont en concurrence pour décrocher ce "jackpot". Selon la législation belge, la vente conjointe d'un appareil et d'un abonnement est prohibée; ce qui retarde la mise en vente de l'iPhone belge. En France, l'iPhone fonctionne avec l'opérateur Orange, en Allemagne, avec T-Mobile.

"Van Quickenborne n'arrête pas de prendre des photos avec son iPhone. Il l'avait même lors de la prestation de serment chez le Roi" , s'amuse un collègue de gouvernement. Ce mercredi encore, lors d'un colloque sur les télécoms organisé par la Plate-forme des opérateurs (lire en p.17), le jeune ministre affirmait devant un parterre de représentants du secteur qu'il est important que les politiciens belges s'intéressent aux nouvelles technologies, et qu'ils soient "fiers de posséder un iPhone". Dans un des "slides" de sa présentation, on pouvait même admirer une photo de Vincent Van Quickenborne avec son beau joujou technologique.

Rien de plus facile, en effet, que de faire fonctionner un iPhone : il suffit de "casser" la "barrière" (dites "désimlocker") qu'a introduite Apple dans l'I-Phone, via un logiciel disponible sur Internet. Il y aurait entre 8 000 et 10 000 iPhone actuellement en circulation en Belgique.

Alors, question : le ministre des Télécoms est-il un pirate informatique en plus d'être un utilisateur d'un appareil hors-la-loi ? Officiellement, Apple n'entend pas réagir. "Nous ne faisons pas de commentaire sur l'utilisation éventuelle des appareils iPhone en Belgique" , se borne à indiquer Apple Belgique. Officieusement, si un accord est conclu avec Mobistar ou Proximus, l'opérateur pourrait envisager de réclamer le blocage des appareils piratés. Ce qui ennuierait le ministre des Télécommunications. Notez bien que, pour cette fois, Yves Leterme est hors du coup. Lui ne jure que par son infatigable Blackberry...