Belgique

Depuis quelques mois couraient des bruits très alarmistes à propos de l’avenir de différentes institutions nationales/fédérales gravitant autour du devoir de mémoire des deux guerres mondiales et des conflits dans lesquels ont été impliqués des Belges depuis 1945. Non sans arguments, d’aucuns les voyaient sinon supprimées, en tout cas, sérieusement mises à la diète sous l’impulsion du ministre N-VA de la Défense. On se posait aussi de réelles questions sur l’avenir de l’Institut des vétérans, qui prend en charge la dimension sanitaire et sociale de la question.

Sans faire de bruit, le Conseil des ministres d’il y a 15 jours a décidé de porter sur les fonts baptismaux un "War Heritage Institute" (WHI) qui, selon le cabinet Vandeput, devrait les relancer plutôt que de les réduire à des portions congrues.

Les ministres Maggie De Block (Affaires sociales et Santé publique) et Steven Vandeput (Défense) ont, en fait, reçu l’aval gouvernemental pour créer une nouvelle institution parastatale qui intégrera les différents secteurs. Concrètement, le nouvel organisme sera chargé de "la transmission de la mémoire et de la préservation de l’histoire des conflits armés sur le sol belge ou des conflits armés impliquant des Belges à l’étranger".

Opérationnel au 2e trimestre de l’an prochain, le WHI, qui s’installera à l’Ecole royale militaire - adieu, le boulevard du Régent dont les locaux étaient loués… - reprendra les missions, les ressources et le personnel de l’Institut des vétérans-Institut national des invalides de guerre (IV-Inig), du musée royal de l’Armée et d’Histoire militaire, du Mémorial national du fort de Breendonk et, enfin, du Pôle historique de la Défense.

Musée de l’Armée et soins de santé maintenus

Il en ressort donc un nouvel avenir pour le musée de l’Armée mais aussi pour la dimension "sécurité sociale". C’est la Caisse auxiliaire d’assurance maladie-invalidité qui sera chargée de rembourser les frais médicaux aux invalides de guerres, anciens combattants et victimes de guerre.

Elle leur fournira aussi une aide financière et morale (accompagnement lors des démarches pour bénéficier des avantages sociaux, aide administrative, prêt social…).


Ministres rassurants

Musée de l’Armée. Les deux ministres concernés tiennent à rassurer les "anciens"… Pour le ministre de la Défense, Steven Vandeput, "le musée de l’Armée sera restauré et sera le cœur d’un réseau national de sites militaires historiques. Nous investissons tant dans les infrastructures que dans le volet pur muséal, en vue d’un rayonnement international".

Sécurité sociale. La ministre de la Santé, Maggie De Block, rappelle que la CAAMI gère déjà les prestations de l’assurance soins de santé et indemnités. "Le service rendu sera plus efficace. Il s’agit d’un exemple de bonne pratique dans le cadre de la réforme de l’administration fédérale."