Belgique

P. C., un pédophile anversois de 60 ans condamné en janvier par le tribunal correctionnel d'Anvers à 19 ans de prison pour abus sexuels sur des enfants, s'est rendu à la police au Cambodge, indique son avocat Dirk Grootjans vendredi. "Après cette condamnation à une lourde peine, il avait besoin de temps. Maintenant, il souhaite rentrer en Belgique pour faire appel. Je m'occupe des préparatifs de son retour depuis début février. Il devrait rentrer samedi ou dimanche", déclare son avocat. Il s'est rendu aux autorités judiciaire de Phnom Penn hier soir, selon son conseil.

"La Belgique n'a pas de convention d'extradition avec le Cambodge, donc nous avons conclu une sorte de 'gentlemen's agreement' pour qu'il puisse être placé dans un avion le plus rapidement possible", commente Luc De Mot, porte-parole du parquet général d'Anvers.

"Dès que Ceulen se trouvera sur le sol belge, il tombera sous le coup d'un mandat d'arrêt européen et il sera transféré à la prison d'Anvers en attendant son procès en appel. Ce dernier est prévu le 12 mai", ajoute Luc De Mot.

Pour son avocat, un séjour provisoire dans une prison cambodgienne n'était pas une option. "Avec la médiatisation de l'affaire, il y a de sérieuses raisons de penser que mon client aurait été en danger."

Ce conseiller en placements anversois avait écopé fin janvier devant le tribunal correctionnel d'Anvers d'une peine de 19 ans de prison, assortie d'une mise à disposition de la justice de 15 ans. Ce sexagénaire a été reconnu coupable d'abus sexuels sur des enfants au Cambodge et aux Philippines, ainsi que sur ses propres filles adoptives. Il avait filmé ses actes et possédait au moins 700 Gb de fichiers de pornographie infantile. Le tribunal avait ordonné son arrestation immédiate.

Son avocat espère que la cour d'appel tiendra compte du fait que son client à lui-même été abusé durant son enfance lorsqu'il était à l'internat Amersfoort.

Pour Child Focus, partie civile dans ce dossier, son arrestation montre que "les abus sexuels sur des enfants sont intolérables. Il ne peut y avoir nulle part dans le monde d'endroits où des personnes qui se livrent à de tels actes peuvent se réfugier." L'organisation espère que l'homme sera rapidement extradé vers la Belgique "afin que la procédure judiciaire puisse suivre son cours". "En tant que partie civile dans cette affaire, Child Focus veut représenter les innombrables victimes et leur donner une voix."