Belgique

Firdaous S., l'adolescente de 14 ans dont on était sans nouvelle depuis le 24 mai dernier, a été retrouvée en Turquie avec son bébé âgé d'une dizaine de jours, rapporte samedi la RTBF.

"Le parquet de Bruxelles a demandé l’audition de la jeune fille, suspectée de participation à l’activité d’un groupe terroriste, dès que son état de santé le permet. A côté des mesures protectionnelles, un placement en IPPJ sera requis auprès du juge de la jeunesse de Bruxelles", détaille le parquet du Procureur du Roi de Bruxelles.

La jeune fille a été rapatriée en Belgique, où elle est pour l'instant prise en charge dans un hôpital. Firdaous S. avait quitté son domicile situé à Uccle pour se rendre à l'école le 24 mai dernier et n'avait plus donné signe de vie depuis. Sa disparition était considérée comme inquiétante car les enquêteurs craignaient que l'adolescente se soit radicalisée et mise en route vers la Syrie, ce que nous avons pu confirmer dans un article publié en septembre dernier.

Sa soeur aînée a en effet combattu en Syrie pour l'Etat islamique avant de revenir en Belgique. Elle avait été arrêtée peu après la disparition de Firdaous, et est soupçonnée d'avoir influencé sa soeur.

Fin septembre, il est apparu que Firdaous aurait quitté Belgique avec un homme radicalisé sous bracelet électronique, ainsi qu'avec la fillette de trois ans de cet homme. On n'a pour l'instant aucune nouvelle de cet individu, recherché pour rapt parental, ni de sa petite fille, selon la RTBF.

Firdaous a en revanche été retrouvée le 10 octobre en Turquie, où elle venait d'accoucher, avec son nouveau-né. La jeune mère et l'enfant ont été rapatriés en Belgique. "Pour le nourrisson des mesures protectionnelles ont été requises auprès du juge de la jeunesse", précise le parquet dans son communiqué.

On ignore encore quelles ont été ses activités depuis sa disparition. "Dès que son état le permettra, nous entendrons Firdaous comme suspecte de participation aux activités d'une organisation terroriste. Nous demanderons aussi au juge de la jeunesse de la placer en institution fermée et de prendre des mesures de protection à l'égard du bébé", précise Ine Van Wymersch, porte-parole du parquet de Bruxelles.