Belgique

Un jeune inspecteur de la police de Heist-op-den-Berg, en province d'Anvers, a été licencié pour avoir fabriqué une fausse lettre de menaces au nom de l'Etat islamique (EI). 

Cette lettre avait été affichée sur la porte d'entrée du commissariat, deux semaines après les attentats de Paris, rapportent jeudi Het Laatste Nieuws et La Dernière Heure. La lettre, une page A4, reprenait le symbole de l'organisation terroriste et le drapeau syrien. On pouvait y lire "Vuile flikken" (sales flics), avec les noms de deux policiers et les numéros des plaques d'immatriculation de leur voiture.

La feuille a été découverte sur la porte d'entrée du commissariat de Heist-op-den-Berg le vendredi 27 novembre 2015, en pleine nuit. Alors que la Belgique venait de revoir à la hausse son niveau de menace terroriste, elle n'a pas été prise à la légère.

Mais l'enquête a montré qu'elle avait été rédigée et imprimée depuis un ordinateur du commissariat, avec du papier de la police. Les soupçons se sont alors portés sur Andy V.

Ce dernier nie, mais il a été licencié et condamné au pénal à 60 heures de travail. Le Conseil d'Etat vient de rejeter son recours contre son licenciement. Son avocate envisage d'autres démarches juridiques.