Belgique

La fréquence des trains sera également amoindrie samedi.

À partir de ce jeudi 22 heures, la CGSP-Cheminots mène une action de grève de 48 heures qui s’étale jusqu’au samedi 30 juin 22h00.

Le syndicat socialiste dénonce le fait que tous les cheminots ne figureront pas sur la liste des métiers pénibles qui servira pour le calcul de la pension. “La mobilisation des cheminots est importante, il y a vraiment une adhésion au mouvement de grève” rapporte Pierre Lejeune, secrétaire national de la CGSP cheminots.

La SNCB s’attend donc à de fortes perturbations du trafic ferroviaire, d’autant que le syndicat annonce d’ores et déjà que le mouvement sera bien suivi.

Malgré l’application du service minimum via un plan de transport alternatif, le trafic sera fortement perturbé. Ce ne sera donc pas un jour normal, il est important que les navetteurs s’informent à l’avance de la situation de leur train, à savoir s’il circule ou pas, car il y aura beaucoup d’affluence” tient à préciser Elisa Roux, porte-parole de la SNCB. La compagnie ferroviaire conseille également aux voyageurs de s’informer via le site internet www.sncb.be ou l’application mobile avant de se rendre en gare. Les liaisons IC devraient être privilégiées ainsi que les trains circulant en heure de pointe.

Durant la journée du vendredi, selon les prévisions, 1 train sur 3 circulera et un certain nombre de trains IC circuleront : une partie uniquement durant les heures de pointe, d’autres également pendant la journée. De plus, un certain nombre de trains L et de trains S circuleront, mais uniquement durant la pointe du matin et du soir. Pour la journée de samedi, la plupart des trains de pointe ne circuleront pas. Un certain nombre de trains IC, L et S circuleront, mais moins fréquemment que d’habitude. Il n’y aura pas de trains supplémentaires vers la Côte.

Pour la toute première fois, le service minimum est donc entré en application. Pour cela, les cheminots qui souhaitent être en grève ont dû s’enregistrer en ligne. Les travailleurs de la SNCB qui comptent participer à la grève de demain soir avaient jusqu’à lundi 22 heures pour s’enregistrer. L’objectif étant de limiter au maximum l’impact pour les navetteurs en garantissant que les postes essentiels soient occupés. Et selon les syndicats, le formulaire en ligne n’a pas bien fonctionné. “Ils ont eu des complications dans la consultation des avis. Dans un premier temps, le personnel a dû répondre par voie électronique puis finalement au format papier. Il y a eu un flottement de leur part dans la consultation des souhaits des agents. On a senti beaucoup de cafouillage et d’énervement de la part de la société” indique Pierre Lejeune.

De son côté, la compagnie ferroviaire précise que “c’est vraiment un problème ponctuel dû à un bug de l’hardware du logiciel. Par la suite, tous les enregistrements ont été confirmés