Un vrai duo uni pour gérer l’armée

Christian Laporte Publié le - Mis à jour le

Belgique

C’est avec une demi-heure de retard sur l’horaire qu’a débuté au cabinet de la Défense la présentation par Pieter De Crem du nouveau Chef de l’armée (Chod), le lieutenant général aviateur Gérard Van Caelenberge. Ce dernier occupait déjà la fonction à titre intérimaire depuis la fin mars suite à la démission du général Delcour. Ce n’est toutefois pas sa désignation par le Conseil des ministres de vendredi qui a retardé l’arrivée du ministre. Comme on le lira en page 7, ce furent les calamités agricoles qui jouèrent les trouble-fêtes. En ce qui concerne le choix du Chod, la décision avait été prise mercredi de manière plus rapide que prévu en "kern" comme le révéla "La Libre" jeudi matin. En fait, pratiquement depuis l’installation du remplaçant intérimaire de Charles-Henri Delcour, le "patron" politique de la Défense s’est efforcé de préparer le terrain au sein du gouvernement tout en s’engageant, comme il le fait depuis quelques mois, à rectifier les déséquilibres linguistiques dénoncés notamment par le MR.

Certes, le général Van Caelenberge est d’origine néerlandophone mais c’est un Brabançon wallon d’adoption depuis plusieurs lustres, entendez depuis qu’il a été appelé à diriger la base de Beauvechain. En le présentant Pieter De Crem a précisé qu’il était temps après quatre mois d’avoir de nouveau un chef de la Défense à part entière. Le fait qu’il soit nommé à la veille du 21 juillet n’a, dit-il, pas joué mais dans l’entourage du ministre on nous a confirmé qu’aux yeux des observateurs étrangers, cela aurait fait désordre de voir lors du défilé militaire à côté du Roi un chef intérimaire.

Pieter De Crem a précisé d’emblée que le général Van Caelenberge "reçoit en mains un département entièrement réformé" suite à la dernière restructuration qu’il a menée - presque - à terme, avec une diminution des effectifs de la Défense de 10 000 personnes et "la fermeture d’un tiers des casernes" , avec "un budget fixé" .

Selon le ministre, le général Van Caelenberge mettra aussi utilement son expérience d’acteur de terrain au service des opérations de la Défense notamment pour lancer le retrait d’Afghanistan. Le nouveau Chod devrait aussi renforcer les liens avec les pays voisins, tant dans le cadre de l’Otan que de l’Union européenne. "Le grand défi, c’est d’exécuter les réductions annoncées du personnel, sans trop de changement et de façon correcte" , a expliqué Gérard Van Caelenberge.

Le Chod a également évoqué la poursuite des investissements afin de mener à bien la transformation des forces armées. En tenant compte des dépenses prévues, soit près de 500 millions d’euros au cours des trois prochaines années, dont 242 en 2012. Des acquisitions qui n’ont été rendues possibles que par la réduction de la dette de 1,2 milliard d’euros du département ces quatre dernières années.

On se demandait si le ministre de la Défense allait évoquer ne fût-ce que le nom du général Charles-Henri Delcour avec lequel il avait eu de sérieuses frictions qui débouchèrent sur sa démission, à un an de la fin de son mandat. Pieter De Crem n’a donné, en guise de boutade, qu’"un seul petit conseil" au nouveau chef de la Défense : "que vos notes soient désormais classifiées avec la notion de distribution générale et non confidentielle" afin de "diminuer les factures téléphoniques" . Un coup de griffe qui faisait allusion aux nombreuses notes confidentielles qui ont fuité dans la presse durant l’ère Delcour qui cultivait souvent le culte du secret. Pour De Crem "l’armée fait totalement partie de la société" . De son côté, le général Van Caelenberge tout en se disant heureux de mettre fin au cumul des deux principales fonctions de la hiérarchie militaire belge a expliqué qu’il se comporterait comme "un très bon soldat" . Une manière de dire à sa manière comme le fit Pieter De Crem qu’il y aurait désormais une plus grande unité entre les chefs militaire et politique de la Défense.

Publicité clickBoxBanner