Une bagarre aux relents racistes sur une voie de chemin de fer oblige un train à s'arrêter (VIDEO)

M. De. (avec Belga) Publié le - Mis à jour le

Belgique

Une vidéo interpellante circule depuis ce matin sur les réseaux sociaux. Relayée par le site d'Het Laatste Nieuws, on y voit se dérouler une bagarre qui débute sur les quais de la gare d'Aarschot, puis ensuite sur les voies.

Dans la vidéo, on peut voir un jeune homme en venir aux mains avec plusieurs individus. On voit des passants interpeller le jeune homme de 15 ans et l'importuner. Pire : l'adolescent serait victime de propos racistes.

Le ton monte et le jeune homme est poussé sur les rails. Plusieurs personnes sont alors impliquées dans la bagarre.

La situation aurait pu virer au drame si le conducteur du train Liège-Anvers n'avait pas vu à temps que des personnes se trouvaient sur les voies: "Un drame a été évité. Le train en provenance de Liège-Guillemins vers Anvers-Central arrivait justement, mais a pu s'arrêter à temps", a expliqué le porte-parole d'Infrabel.

La police et le parquet ont pris l'affaire très au sérieux, une enquête a été ouverte pour racisme. Plusieurs personnes ont été interpellées.

"Ces images sont scandaleuses", poursuit Thomas Baeken. "Nous sensibilisons très souvent à la dangerosité d'une présence sur les voies. Ces personnes étaient vraisembablement tellement absorbées par leur bagarre qu'elles n'ont plus réalisé où elles se trouvaient. Mais nous ne pouvons tolérer cela en aucune circonstance."

De son côté, le bougmestre d'Aarschot André Peeters (CD&V) s'est dit choqué par la vidéo et a réclamé de fortes sanctions à l'égard des personnes impliquées dans la bagarre. "C'est extrêmement dangereux et inacceptable. Des gens auraient pu être gravement blessés voire pire", commente-t-il, soulignant l'utilité des onze caméras de surveillance que la commune avait fait installer en juin autour de la gare.

Au vu de la situation, l'homme politique demande à la justice d'agir en conséquence. "Je compte sur l'enquête du parquet pour faire pleinement la lumière sur ce qui s'est passé et sur l'origine (de la bagarre, ndlr)."

Le bourgmestre s'inquiète également "du caractère raciste qui semble se dégager de cet incident". "Je suis fier qu'à Aarschot nous cohabitions tous ensemble de manière adéquate, peu importe la différence. Nous n'avons donc pas besoin de gens qui menacent cela", conclut André Peeters.

Un point de vue partagé par Gwendolyn Rutten, présidente de l'Open VLD et candidate bourgmestre à Aarschot, sur les réseaux sociaux. "C'est bien que la police et le parquet interviennent immédiatement ici!", écrit-elle. "Il n'y a pas de place dans notre ville pour les insultes et les bagarres. Et c'est très clair: il n'y a pas de place dans notre ville pour le racisme. Nous sommes tous Aarschot. Une ville d'où vous n'êtes pas originaire mais où votre avenir compte. Une ville où l'on se considère avec respect."


M. De. (avec Belga)

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM