Belgique Les gens la rédigent en bonne santé et sous-estimeraient leur instinct de survie une fois malades.

En 2016 et 2017, 98 Belges ont retiré la déclaration anticipée d’euthanasie qu’ils avaient déposée. L’information publiée par "De Standaard", "Het Nieuwsblad" et "Gazet van Antwerpen" vendredi a été confirmée par le SPF Santé publique.

On peut introduire ce type de déclaration en Belgique depuis 2008. Depuis lors, 170 942 ont été déposées, 128 291 déclarations toujours actives et 42 651 autres arrivées à échéance.

Parmi ces déclarations arrivées à échéance, 29 842 enregistrements n’ont pas été confirmés, le reste émanait de personnes entre-temps décédées.

Mauvaises déclarations

Au cours de la même période, 382 personnes sont retournées auprès de leur administration communale pour retirer leur déclaration (98 en 2016 et 2017).

Selon Gert Huysmans, président de la Fédération flamande des soins palliatifs, cela s’explique par un certain nombre de déclarations de mauvaise qualité.

Ressources insoupçonnées

"Le conseil à donner est de se faire assister par son généraliste ou par quelqu’un qui se débrouille dans ce domaine", explique-t-il.

D’après lui, les gens rédigent leur déclaration alors qu’ils sont en bonne santé et sous-estiment alors l’instinct de survie qui les animera quand ils seront malades.