Belgique

Le parquet de Flandre orientale a démantelée une organisation internationale de trafiquants-passeurs. Des Kurdes et des Irakiens auraient fait transiter plus de 3.000 personnes vers le Royaume-Uni via la Belgique, rapportent les titres Mediahuis lundi. Dix suspects ont déjà été arrêtés. Il s'agirait de la plus grande organisation criminelle de passeurs jamais mise hors d'état de nuire en Belgique. Il s'agissait d'"un trafic quotidien via les aires d'autoroutes", dont les responsables étaient "déjà actifs depuis un certain temps" et qui a concerné "plusieurs centaines de personnes par mois", selon la police fédérale de Flandre orientale et la section de Termonde du parquet de cette même province.

Une vingtaine de personnes étaient chargées quotidiennement dans des camions le long de la E40 et de la E17 pour un prix de 2.000 euros par personne. Les chauffeurs de poids lourds étaient probablement impliqués dans la combine.

La police judiciaire fédérale de Flandre orientale avait entamé son enquête en mai dernier et avait procédé à plusieurs arrestations entre ce même mois et la fin novembre. Dix personnes ont été arrêtées en Belgique. D'après la police fédérale, il s'agit des principaux responsables de l'organisation actifs dans notre pays. Le dossier n'implique que des hommes kurdes, âgés entre 26 et 41 ans, principalement originaires d'Irak, selon la même source, qui précise encore que deux d'entre eux avaient démarré une procédure de demande d'asile en Belgique et que les autres ne disposaient pas de titre de séjour en règle.

Les deux leaders de l'organisation ont quant à eux été arrêtés jeudi au Royaume-Uni. La justice belge a demandé qu'ils soient livrés le plus rapidement possible, ce à quoi ces deux hommes s'opposent, selon des médias britanniques.

Parquet et police fédérale se félicitent du résultat de cette enquête belge, qui a bénéficié du soutien des autorités britanniques, et du coup important qu'elle a porté face aux trafics d'êtres humains organisés.