Une petite pétition se mue en grande manifestation

BELGA Publié le - Mis à jour le

Belgique

Des milliers de citoyens, 35.000, selon la police, francophones mais aussi néerlandophones, ont pris part dimanche, dans les rues de la capitale, à une marche pacifique en faveur de l'union du pays. Hormis l'arrestation d'une quinzaine de contre-manifestants nationalistes flamands, devant le Palais Royal, à l'écart de l'itinéraire, aucun incident n'a été déploré.

L'initiative revient à une habitante de Liège, Marie-Claire Houart, dont la pétition lancée, depuis son domicile, sur internet, en faveur d'une Belgique unie a fait un tabac. Elle a ainsi recueilli, en trois mois, 140.000 signatures que celle-ci a remises au président du Sénat, Armand De Decker, dimanche, au terme de la manifestation. Crédités, au moment du départ, de quelques milliers de personnes battant la semelle, par une météo ensoleillée mais fraîche, à proximité de la Gare du Nord, les rangs des manifestants, âgés de 7 à 77 ans, n'ont cessé de gonfler tous au long du parcours, jusqu'à son terme, à 13 heures, dans le parc du Cinquantenaire.

En cette heure grave de l'histoire politique du pays, sans gouvernement depuis les élections du 10 juin dernier en raisons de blocages communautaires, l'atmosphère est restée conviviale. Les manifestants ont été encouragés par les coups de klaxons des automobilistes empruntant les tunnels de la Petite Ceinture et par un groupe de percussionnistes enthousiastes, à hauteur de la place Madou, en avant-goût du rassemblement musical festif organisé dans le parc du Cinquantenaire, dimanche après-midi.

Le noir jaune rouge n'avait plus à ce point coloré les rues de la capitale depuis l'épopée footballistique des Diables Rouges au Mexique en 1986. La manifestation a attiré de nombreux francophones, mais aussi des néerlandophones et nombre de citoyens bilingues tels qu'en attestent quelques drapeaux du lion des Flandres teintés de noir jaune rouge et les nombreux calicots rédigés en néerlandais.

"België best" (ndlr: "Belgique, (tu es) la meilleure" affichait l'un de ceux-ci, pour brocarder quelque peu le slogan fétiche des ultra-nationalistes flamands de tous bords "België barst" ("que la Belgique crève!"). Contrairement à leurs homologues néerlandophones, de nombreux mandataires politiques francophones étaient présents à titre privé tout au long du parcours, mais conformément au souhait des organisateurs, les signes d'appartenance politique ont été laissés au placard.

Ont ainsi été aperçus parmi les manifestants, les présidents de partis suivants: Elio Di Rupo (PS), Joëlle Milquet (cdH) et Isabelle Durant (Ecolo). Conformément à l'annonce qu'il avait faite, le patron du MR Didier Reynders n'était pas de la partie, par respect d'une démarche qui se voulait exclusivement citoyenne, a-t-il dit. En son absence, des mandataires libéraux francophones avaient quant à eux fait le déplacement: le député et ex-ministre-président bruxellois François-Xavier de Donnea, le chef du groupe MR au parlement bruxellois Françoise Schepmans, le bourgmestre d'Anderlecht Gaëtan Van Goidsenhoven, etc.

Dans les rangs du PS, on a observé la présence de la sénatrice Anne-Marie Lizin, et de la ministre de l'Audiovisuel de la Communauté française, Fadila Laanan. De nombreux élus cdH ainsi que des écologistes étaient également de la partie, mais sans signes ostentatoires. Une partie du monde économique et social s'était déplacé: le patron de l'UCB, Georges Jacobs, des représentants de l'Union des Entreprises de Bruxelles et le président du Sporting d'Anderlecht, Roger Vanden Stock, pour ne citer qu'eux.

Remerciant les participants, et les pétitionnaires, à l'issue de la manifestation, Marie-Claire Houart a invité les politiciens élus "à s'occuper des citoyens, et non d'eux-mêmes". Plusieurs voeux émis par les pétitionnaires ont également été lus tour à tour en néerlandais et en français par les organisateurs. Parmi d'autres prises de parole, Rudy Aernoudt, l'ancien haut fonctionnaire flamand, licencié dans la foulée de dénonciations sur la mauvaise gestion et des pratiques douteuses dans les pouvoirs publics flamands, a lancé un appel aux mandataires politiques pour qu'ils "gèrent le pays au lieu de le rendre ingérable".

La marche pour l'unité du pays en images

BELGA

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM