Belgique

Le Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Steven Vanackere se joint entièrement à la réaction de la Haute représentante de l'Union européenne pour les Affaires étrangères Catherine Ashton, au sujet des récents événements en Tunisie, fait-il savoir samedi dans un communiqué. "La détermination affichée par le peuple tunisien dans sa poursuite de la démocratie mérite tout notre soutien et toute notre sympathie", déclare le ministre.

La Belgique salue à cet égard la décision du Conseil constitutionnel par laquelle le président du parlement tunisien, Foued Mebezza, a été désigné président par intérim, ce qui pourrait ouvrir la voie à de nouvelles élections. Bien que la situation soit aujourd'hui plus calme, la Belgique est préoccupée par les destructions et les pillages occasionnés dans la nuit de vendredi à samedi, et qui pourraient être le fait de partisans du parti au pouvoir, le Rassemblement Constitutionnel Démocratique. Elle espère que la situation se normalisera rapidement et que des gestes concrets seront posés pour répondre aux aspirations populaires.

Les Affaires étrangères et l'Ambassade de Belgique à Tunis continuent à suivre la situation de près et prennent toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des Belges. Les voyages vers la Tunisie sont momentanément déconseillés et il est recommandé aux Belges qui se trouvent sur place de suivre l'actualité et de respecter en toutes circonstances les consignes données par les autorités.

Le PS et Ecolo saluent le peuple tunisien

Deux partis francophones, le PS et Ecolo, ont salué samedi l'action du peuple tunisien après le renversement du président Zine El Abidine Ben Ali, parti vendredi en exil en Arabie saoudite. "Le PS tient tout d'abord à saluer le courage du peuple tunisien qui a su reprendre son destin en main", a indiqué le parti dans un communiqué.

Les socialistes francophones ajoutent espérer que la fuite de M. Ben Ali "permettra dans l'immédiat de mettre fin aux violences qui secouent le pays depuis près d'un mois et de garantir les libertés civiles, y compris la liberté de la presse".

Le PS attend de l'autorité temporaire qu'elle mette rapidement en place des mesures d'ouverture à l'ensemble des forces politiques d'opposition. Celles-ci devront préparer une transition vers un régime démocratique basé sur le pluralisme, la séparation effective des pouvoirs et le respect des différentes composantes de la société civile. Des élections transparentes doivent avoir lieu dans les plus brefs délais.

Ecolo a pour sa part affirmé que le peuple tunisien "mérite notre admiration, notre respect et notre soutien", saluant "la fin d'un corrompu et dictatorial".

"Notre devoir d'hommage au peuple tunisien muselé depuis si longtemps et particulièrement à ceux qui ont payé de leur vie cette révolution implique un soutien concret et urgent aux forces démocratiques et à la mise en place d'élections libres, pluralistes et transparentes", ajoutent les Verts.