Belgique

Entre le scénario du pire et celui du meilleur, l’armée devrait de toute façon en sortir - un peu - renforcée. Le ministre de la Défense, Steven Vandeput (N-VA), a mis sur la table du gouvernement trois versions de son plan stratégique, lequel est censé dessiner les contours de l’armée (budgets, capacités, ressources humaines et matérielles…) à l’horizon 2030.

Chaque version correspond à un niveau de "dépenses de Défense". On entend par là, dixit la terminologie de l’Otan, l’addition du budget de l’armée et des dépenses liées aux pensions des militaires. Ces "dépenses de Défense" s’expriment en pourcentage du PIB (produit intérieur brut).

(...)