Vangheluwe: la seconde victime a été abusée pendant deux ans

Belga Publié le - Mis à jour le

Belgique

La seconde victime de Roger Vangheluwe que ce dernier évoque dans son interview accordée à "Vlaanderen Vandaag", n'a pas été abusée pendant une année mais bien pendant deux ans, indique le procureur du roi de Bruges, Jean-Marie Berkvens.

"L'évêque affirme qu'il a abusé d'un autre neveu une année durant, mais ce n'est pas du tout correct", explique M. Berkvens. "Il a en fait abusé de ce jeune pendant deux ans. Les faits remontent aux années '70. A l'époque, l'enfant avait entre 6 et 8 ans. Les deux neveux ont donc été victimes de l'ancien évêque à la même période. Les faits ont entre-temps été prescrits et l'enquête à Bruges a été arrêtée. Le parquet de Bruxelles examine toutefois s'il n'y a pas eu, dans le chef de l'ancien responsable ecclésiastique, de négligence coupable. "Ils veulent savoir si l'ancien évêque n'a pas fermé les yeux sur certaines pratiques pédophiles de différents prêtres."

La pension de l'ancien évêque fait débat

Le député sp.a Renaat Landuyt estime que les autorités doivent supprimer la pension de l'ancien évêque Roger Vangheluwe. Le ministre de la Justice Stefaan De Clerck (CD&V) rétorque que ce n'est pas possible, légalement. "On ne peut pas supprimer comme cela la pension qu'une personne reçoit pour les fonctions qu'elle a assumées", a réagi le ministre vendredi dans De Ochtend (VRT). Les ministres du culte sont payés par l'Etat, et c'est le SPF Justice qui leur paie. Ce sont les cultes eux-mêmes qui déterminent qui fait partie de la liste salariale. Roger Vangheluwe est désormais pensionné et ne reçoit donc plus de "salaire" de la Justice, mais bien une pension.

M. Vangheluwe perçoit, en tant qu'évêque à la retraite, une pension de 2.800 euros. Renaat Landuyt, rapporteur de la commission parlementaire sur les Abus sexuels, estime que l'Etat devrait intervenir si l'Eglise ne fait rien. "L'Etat paie les émoluments de M. Vangheluwe. J'appelle le gouvernement à intervenir pour priver Roger Vangheluwe de ses revenus et de ses tâches", déclare Renaat Landuyt.

Le ministre de la Justice Stefaan De Clerck veut mener un débat à ce sujet, mais souligne qu'il s'agit "d'une question de principe", qui dépasse le cas individuel de Roger Vangheluwe. "Quand retire-t-on sa pension à quelqu'un? Lors d'une condamnation? Ce n'est même pas le cas pour Vangheluwe", a-t-il commenté.

L'évêque d'Hasselt regrette "profondément" l'interview

"Je regrette profondément l'interview de Roger Vangheluwe retransmise hier", a réagi vendredi Monseigneur Patrick Hoogmartens, évêque d'Hasselt. "Je regrette qu'il ait montré si peu d'empathie pour le traumatisme subi par les victimes et aussi pour la douleur que l'Eglise et la société traversent. Je regrette surtout ses propos qui minimisent les faits. C'est particulièrement douloureux, d'autant plus que nombreux étaient ceux qui pensaient qu'il réfléchirait dorénavant dans le silence. Avec cette interview, Roger Vangheluwe ignore totalement le chemin que les évêchés tentent de tracer depuis plusieurs années", ajoute-t-il dans un communiqué.

Harpigny stupéfait

L'évêque de Tournai Guy Harpigny a réagi avec "stupéfaction" vendredi dans le quotidien De Standaard à l'interview de l'ex-évêque de Bruges Roger Vangheluwe qui a minimisé jeudi la portée d'actes sexuels avec ses neveux.

"Vangheluwe agit comme si rien ne s'était passé depuis un an", fait observer Guy Harpigny. Evêque francophone de référence au sein de la conférence épiscopale pour les affaires d'abus sexuels impliquant des clercs, Guy Harpigny n'est pas tendre pour son ex-collègue.

"Je n'ai vu (de l'interview) que ce que Terzake en a montré. Mais je suis terriblement déçu. C'est comme si tout ce qui s'était passé ne signifiait rien. Et cela pour quelqu'un qui a eu douze mois de temps pour réfléchir. C'est très triste. C'est un homme malade qui a parlé, ou tout simplement est-ce la réaction normale d'un pédophile. Je ne comprends pas".

"Je pense que tout le monde sera d'accord pour dire que l'Eglise a énormément évolué durant l'année écoulée. Nous avons beaucoup parlé des victimes. Il y a eu la Commission d'enquête parlementaire, on évoque des indemnisations... Mais je n'ai rien retrouvé de tout cela dans l'interview", a indiqué Guy Harpigny.

L'évêque de Gand se dit "honteux, choqué, déçu et fâché"

L'évêque de Gand, Luc Van Looy, se dit vendredi "honteux, choqué, déçu et fâché" par les propos que l'ancien évêque de Bruges, Roger Vangheluwe, a tenus dans une interview diffusée jeudi soir. Mgr Van Looy s'exprime en son nom propre, dans l'attente d'une position commune de la Conférence épiscopale. "Vangheluwe minimise les abus et ce faisant, il approfondit la souffrance indescriptible des victimes d'abus sexuels au sein de l'Eglise. Je prends, explicitement et formellement, mes distances par rapport à ses propos", ajoute-t-il.

Les évêques de Belgique "extrêmement choqués"

Les évêques de Belgique se disent "extrêmement choqués" par l'interview donnée jeudi soir par Roger Vangheluwe aux chaînes commerciales VT4 et VTM, indiquent-ils vendredi dans un communiqué. Les évêques tiennent à "expressément se distancier" des propos de M. Vangheluwe. "Nous sommes extrêmement choqués de la manière dont Roger Vangheluwe minimise et excuse les faits commis et les conséquences pour les victimes, leur famille, les croyants et plus largement toute la société. C'est inacceptable. Roger Vangheluwe ne semble toujours pas mesurer l'extrême gravité de ses actes", indiquent les évêques. "Cette interview ne correspond aucunement à ce qui lui a été demandé par Rome", poursuivent-ils. "Nous lui faisions confiance concernant son retrait dans le silence à l'étranger en vue d'une réflexion sur ses actes et du suivi du traitement spirituel et psychologique imposé par Rome."

Les évêques de Belgique soulignent également que "le ton de l'interview est en totale contradiction avec les efforts entrepris ces derniers mois pour prendre au sérieux la problématique de l'abus sexuel, écouter les victimes et déterminer les mesures adéquates". L'ancien évêque de Bruges, Roger Vangheluwe, a reconnu avoir abusé sexuellement de deux de ses neveux, dans une interview exclusive diffusée jeudi par VT4. Dans l'émission "Vlaanderen Vandaag", Roger Vangheluwe déclare en outre qu'il n'a jamais abusé d'une nièce et qu'il n'envisage pas d'entrer dans la laïcité.

Belga

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM