Belgique

Des militaires en renfort des policiers pour assurer la sécurité des citoyens? La petite idée - libérale à l'origine - a refait surface ces derniers jours dans le chef du ministre... socialiste de la Défense. André Flahaut vient en effet de faire une offre de service à son collègue de l'Intérieur, Antoine Duquesne (MR).

Ce mardi, les deux ministres se retrouveront pour discuter plus avant de cette piste. `Les militaires et les policiers ont chacun des missions spécifiques. Il s'agit de voir comment cette synergie peut s'organiser´, indique-t-on au cabinet de la Défense. `La volonté du ministre n'est pas de créer un corps spécial parallèle à la police fédérale, ni de mettre partout des militaires dans les rues´, y précise-t-on encore. Il s'agirait plutôt d'un appui technique et logistique pour aider la police dans son travail.

Exemple: le Seaking de la composante aérienne de l'armée, basé à Coxyde, est déjà intervenu suite à un car-jacking survenu à Furnes pour traquer les auteurs. Stationnés à Bruxelles, les appareils de la police fédérale seraient arrivés trop tard...

Les ministres Duquesne et Flahaut tenteront aujourd'hui de lister les missions d'appui qui pourraient être dévolues à l'armée et de définir un cadre légal pour ces interventions (dont certaines existent déjà de manière ponctuelle) : faut-il changer la loi? prendre de nouveaux arrêtés royaux?

Le ministre MR de l'Intérieur se dit `heureux´ de l'évolution des esprits en la matière. Ces propositions ont déjà été formulées par le MR en 1999, rappelle-t-il.

Pour le président du MR, Daniel Ducarme, c'est le moment de mettre en place `un plan Vigipirate pour renforcer les mesures essentielles de sécurité´. Dans ce cadre, la présence de l'armée doit être envisagée `en matière de prévention active´. Le MR souhaite l'élaboration de programmes spécifiques dans les grandes villes et dans les zones et lieux à risques. Un `accompagnement´ des forces de police par des militaires pourrait être particulièrement utile à l'occasion d'opérations spécifiques axées sur la sécurisation de la population dans des endroits stratégiques tels que les gares, les aéroports, les stations de métro, les palais de Justice ou certains quartiers difficiles, continue le président du MR. Des limites précises - un `accompagnement´ - doivent être fixées à la présence de l'armée, continue le MR. Les réformateurs veulent réactiver leur proposition de loi de 1999 visant à faire appel à des miliciens volontaires pour accomplir un certain nombre de tâches de sécurité.

`Fausse bonne idée´

Pour l'opposition CDH, en revanche, faire participer des militaires à des missions de police est `une fausse bonne idée´. Après avoir `municipalisé´ une partie des missions policières et en avoir privatisé d'autres, l'arc-en-ciel souhaite maintenant les `militariser´, dénonce le parti de Joëlle Milquet. Ce démantèlement, par étages, des missions des services de police confirme les craintes du CDH sur l'efficacité de la nouvelle organisation policière. `On a voulu une réforme pour rendre la police plus efficace et plus unie, pas pour confier ses tâches à d'autres!´

© La Libre Belgique 2003