Belgique

L'anthropologue belge Paul Jorion, économiste connu notamment pour avoir anticipé la crise des subprimes en 2007 et chroniqueur dans plusieurs journaux tels que Le Monde ou L'Echo, a annoncé vendredi avoir reçu de la Vrije Universiteit Brussel (VUB) un préavis de licenciement pour des raisons selon lui fantaisistes, cachant un désaccord de l'université sur sa vision de l'économie. 

Dans une vidéo diffusée sur son blog, M. Jorion (69 ans) affirme que les raisons officielles de ce préavis concernent son niveau d'anglais, le fait qu'il délaisserait les étudiants ainsi que plusieurs plaintes d'étudiants. Il réfute ces motifs selon lui fantaisistes en rappelant qu'il a enseigné en Angleterre, en précisant les soutiens pédagogiques qu'il fournit aux étudiants et affirme n'avoir jamais eu connaissance d'une quelconque plainte d'étudiant.

A ses yeux, ces motifs cachent la volonté de l'université de se conformer à "un discours pseudo-mathématique, pseudo-scientifique, qui est de la poudre aux yeux, de la propagande qui ne devrait pas être déversée dans les universités".

Paul Jorion était titulaire de la chaire "Stewardship of Finance" à la VUB. Il fait partie du Haut comité pour l'avenir du secteur financier belge ainsi que du Groupe de réflexion sur l'économie positive dirigé par le Français Jacques Attali, selon son curriculum sur son site. Il a enseigné aux universités de Cambridge, Paris VIII et à l'Université de Californie à Irvine. Il a également été fonctionnaire des Nations-Unies (FAO), participant à des projets de développement en Afrique. Paul Jorion a travaillé de 1998 à 2007 dans le milieu bancaire américain en tant que spécialiste de la formation des prix. Il avait préalablement été trader sur le marché des futures dans une banque française et est l'auteur de nombreux ouvrages.

Sa capacité à expliquer la crise des subprimes lui a valu une exposition médiatique importante dans les médias francophones en 2007-2008.