Belgique

Le parquet a imposé, entre autres conditions, aux jeunes qui ont entonné un chant raciste au cours du festival Pukkelpop de faire une visite accompagnée de la Caserne Dossin à Malines et de lui fournir un rapport circonstancié de cette visite, a indiqué mercredi le ministre de la Justice, Koen Geens, devant le parlement. 

Le Parquet du Limbourg a ouvert le 21 août une enquête au sujet d'un acte sérieux de racisme commis durant le festival. Une jeune fille bruxelloise a témoigné d'actes verbaux et physiques dont elle et sa soeur ont été victimes, dans l'indifférence générale.

"Couper les mains, le Congo est à nous", ont notamment chanté certains protagonistes. La jeune fille a mis en ligne une vidéo qui atteste des faits.

La Caserne Dossin a servi durant la IIe Guerre mondiale de camp de transit pour les personnes déportées vers les camps de concentration. Elle est devenue une musée de l'Holocauste.