Belgique

Le Plan Canal, lancé après les attentats de 2015 à Paris dans sept communes bruxelloises et à Vilvorde, a déjà mené à la fermeture de 26 organisations et à la saisie de grosses quantités de drogue, indique le ministre de l'Intérieur Jan Jambon. Ces organisations sont des "petites sociétés et ASBL fantômes" qui entretiendraient des liens avec des cellules terroristes. La police et les services d'inspection ont déjà mené 18 actions de contrôle en 2017. Ces actions sont entreprises par la police judiciaire fédérale sous la houlette de l'auditeur du travail. Nonante-six entités ont été contrôlées, ce qui a mené à 26 fermetures et la saisie de 4.695 euros.

Ces contrôles permettent aussi de lutter contre la drogue. "La police judiciaire de Bruxelles a fait un travail épatant", estime le ministre. "Dans la première moitié de l'année par exemple, elle a saisi 137 kg de marijuana, 3 kg de cocaïne, 5.488 plants de cannabis et 0,9 kg d'héroïne."

"Ces résultats sont importants dans le cadre de la lutte contre le terrorisme", déclare Jan Jambon. "Je ne prétends pas que chaque trafiquant de drogue, d'armes ou de voitures collabore avec l'Etat islamique. Cela ne signifie pas non plus que chaque trafiquant deviendra un jour un terroriste. Mais nous voyons bien que tous les terroristes proviennent de milieux criminels et qu'ils ont déjà commis des faits de petite délinquance. C'est lié. Les réseaux terroristes doivent bien trouver leur argent quelque part."

"Le plan canal vise l'économie illégale, car c'est grâce à ces circuits parallèles que les cellules terroristes parviennent à se financer", poursuit Jan Jambon. "Le trafic de drogue est un marché. Et comme pour chaque marché, il se développe là où se trouvent les possibilités de gains les plus importantes, parmi lesquelles le financement du terrorisme."

Jan Jambon estime également que la lutte contre l'usage de produits stupéfiants devrait être élargie à l'échelle nationale, "car la situation est inquiétante dans notre pays". "La production et le trafic de cannabis continuent de croître. L'année dernière, plus de 1.000 plantations ont ainsi été découvertes et la possession de cannabis n'a jamais été aussi élevée", selon le ministre. "Il y a aussi une forte augmentation de la consommation de substance psychotropes, en particuliers des drogues de synthèse, ainsi qu'une augmentation du trafic d'héroïne."