Belgique

Ça y est ! On connaît enfin le nom des personnalités amenées à débattre de l'avenir des francophones au sein du groupe Wallonie-Bruxelles. Deux mois après l'appel lancé, à l'occasion de la Fête de la Communauté française, par la ministre-présidente Arena (PS), les quatre partis sont parvenus à s'accorder sur une liste de 18 personnes de la société civile, qui s'ajoutent aux politiques.

5 femmes et 13 hommes

Dix-huit, et non pas seize, comme prévu initialement. Ainsi, la parité politique/non politique est parfaitement respectée. En outre, il semble que l'augmentation de deux unités a permis de mieux couvrir l'ensemble des secteurs de la société et, partant, d'arriver, enfin, à un accord. Qui sont ces personnalités ? Voici la liste qui nous a été communiquée vendredi, par une source très bien informée.

Comme prévu, les partenaires sociaux sont largement représentés. Côté syndical, on retrouve Jean-Claude Vandermeeren, secrétaire général de la FGTB wallonne; Raymond Coumont, président du comité régional wallon de la CSC; Felipe Van Keirsbilck, président du comité régional bruxellois de la CSC, et Philippe Van Muylder, secrétaire général de la FGTB Bruxelles. Côté patronal, apparaissent logiquement les noms de Jean-Claude Daoust, président de la Fédération des entreprises de Belgique, et Claude Desseille, ex-président de l'Union des entreprises de Bruxelles.

Les classes moyennes enverront Valérie Saretto (ah, enfin une femme !), de l'Union des classes moyennes, et les mutuelles Bernard De Backer, le patron des Mutualités socialistes, ainsi qu'Alda Greoli, secrétaire nationale de la mutualité chrétienne. Le secteur de l'agriculture aura pour représentant le secrétaire général de la Fédération wallonne des agriculteurs, Jean-Pierre Champagne.

On retrouvera également Brice Many, secrétaire général du Conseil de la jeunesse catholique (CJC); Nicole Delcour, active dans l'aide aux personnes handicapées et qui sera la voix du non-marchand; tandis que Marie-José Simoen, secrétaire générale du Fonds de la recherche scientifique (FNRS), et Bernard Rentier, recteur de l'Université de Liège, seront les porte-voix de l'enseignement et de la recherche.

Complètent le tableau : Jean-Yves Saliez, secrétaire général d'Inter-Environnement Wallonie; Eliane Deproost, secrétaire générale du Centre d'action laïque et ex-directrice du Centre pour l'égalité des chances; Alain Maskens, l'un des auteurs du "Manifeste bruxellois"; et le comédien d'origine africaine Dieudonné Kabongo.

Le groupe Wallonie-Bruxelles doit se réunir pour la première fois le 4 décembre prochain. Ses 36 membres, qui auditionneront de nombreux experts, pourront alors commencer à débattre de l'avenir que veulent se forger les francophones, ainsi que des réformes institutionnelles nécessaires, dans une Belgique au futur incertain.