Belgique Une étude menée par l'Agence Wallonne pour la Sécurité Routière (AWSR) révèle les comportements qui irritent le plus les automobilistes au sud du pays.

Si "les Wallons se montrent plutôt courtois sur la route", de nombreux comportements restent source d'agacement. Ainsi l'oubli du clignotant, l'usage à excès de la bande centrale sur autoroute ou forcer un passage constituent tout autant d'actes manquant de sympathie envers les autres usagers. Ce sont précisément ces trois attitudes qui trustent le sommet du classement, révélé ce lundi par l'AWSR.

L'oubli du clignotant pour déboîter sur autoroute recueille à ce titre un véritable plébiscite puisque 98 % des automobilistes wallons révèlent être agacés par ce procédé. Suivent de près, avec 95 %, la conduite constante sur la bande centrale sur autoroute, forcer la priorité pour accéder aux voies rapides et ne pas indiquer sa sortie d'un rond-point.

Klaxonner juste après le passage d'un feu au vert complète pour sa part le top 5, puisque 93 % des usagers de la route concèdent être irrités par cet appel sonore, parfois intempestif.

Davantage exposés au danger, les usagers faibles constituent, quant à eux, une source d'irritabilité moins importante. "En effet, 90 % des conducteurs wallons sont agacés par les cyclistes qui passent au feu rouge, 88 % par les piétons qui traversent sur un passage sans regarder et enfin, 80 % des automobilistes sont irrités par les motards qui dépassent par la bande d’arrêt d’urgence - ou par les zones hachurées ou encore qui slaloment entre les bandes."

Face à l'agacement causé par le comportement des autres conducteurs, nombreux sont ceux qui ont recours aux insultes pour calmer leurs nerfs. Il apparaît néanmoins que celles-là ne sont pas très utiles, "puisque seul ¼ des personnes interrogées affirme se sentir mieux après avoir injurié un usager qui a fait quelque chose qui ne leur a pas plu et à peine 1 conducteur sur 5 trouve qu’injurier les autres usagers permet de rendre les trajets plus supportables".

Le manque de courtoisie est dangereux et onéreux, mais la politesse au volant est contagieuse

Dans son communiqué de presse, l'AWSR en profite pour insister sur les aspects positifs de la politesse au volant. Ainsi, "les gestes positifs sont appréciés et contagieux puisque 84 % des Wallons disent que si quelqu’un les laisse passer, cela leur donne envie de faire pareil pour un autre usager. Et 3/4 des conducteurs se sentent valorisés lorsqu’un piéton qu’ils ont laissé traverser les remercie".

Et de rappeler à l'inverse que "le manque de courtoisie peut quand même causer quelques embarras sur la route"; voire peut se révéler coûteux pour le portefeuille.

La non-utilisation du clignotant aux moments adéquats représente une infraction du 1er degré, synonyme d'une amende de 58 euros, comme "squatter la bande centrale sur autoroute". La facture peut d'ailleurs rapidement monter puisque "ne pas respecter un signal 'céder le passage' est une infraction du second degré qui coûte 116 euros, de même que stationner sur une piste cyclable ou un passage pour piétons. Enfin, ne pas céder le passage à un piéton qui s’apprête à traverser sur un passage protégé ou ne pas le laisser achever sa traversée à une allure normale sont des infractions du 3ème degré, montant de l’amende : 174 euros."

Rappelant le bien-fondé la courtoisie au volant, cette étude entre dans le cadre d'une campagne encourageant un partage de la route en toute sécurité, notamment envers les usagers faibles comme les motards et les cyclistes qui vont se multiplier sur nos routes dans les semaines à venir avec le retour des beaux jours.