Belgique

Quelques jours après le cataclysme qui a ravagé le Pukkelpop et fait perdre la vie à cinq festivaliers, on se remet doucement de nos émotions.

De passage à Bruxelles ce dimanche à l’occasion du BSF, la chanteuse Yelle (photo) nous a raconté comment elle a vécu le drame. "Nous étions au Dance Hall pour le concert de Wiz Khalifa vers 17h. Il faisait une chaleur étouffante, l’endroit était noir de monde. Quand est arrivé le dernier morceau, "Black and Yellow", on s’est rendu compte qu’il y avait une averse, mais le public ne s’en inquiétait pas encore, les bras sont levés pour le final De plus en plus d’eau dégoulinait sur le toit et le vent s’engouffrait par-dessous. Les boules à facettes suspendues au plafond commençaient à être secouées, en coulisses les techniciens tentaient de protéger le matériel. Puis la structure s’est mise à tanguer dangereusement et le concert s’est interrompu Comme il n’y avait plus de son, on entendait les rafales et le bruit assourdissant de la pluie. Tout était très confus. Et on a compris que quelque chose d’anormal se passait. [ ] Nous nous sommes retrouvés à l’arrière de la scène. Les gens du public rentraient backstage au compte-gouttes. La sécurité laissait tout le monde passer pour se mettre à l’abri. J’avais en tête les images de la scène qui s’était écroulé à Indianapolis quelques semaines plus tôt [ ] Ça a duré quelque chose comme dix minutes, même si l’on perd un peu la notion du temps dans ce genre de situation. J’ai attendu que la pluie s’arrête pour sortir. On a découvert que la tente d’à côté s’était écroulée. C’était grave "

"Le Pukkelpop est un énorme festival, pas une foire de village. Quand tout est installé, le site est inspecté par une commission de sécurité qui donne le feu vert. Le politique donne son aval Tout est extrêmement contrôlé. Ce qui s’est passé était exceptionnel, ce n’est la faute de personne. J’ai trouvé que les organisateurs ont réagi vite et que les secours se sont organisés en un temps record. C’était très pro", affirme Tanguy, l’un des musiciens de Yelle.

Et la chanteuse de conclure:

"Avant de partir, on a refait un tour devant la Main Stage. Tous les festivaliers avaient des couvertures de survie, des soupes chaudes étaient servies. Je n’ai vraiment pas l’impression qu’on a laissé les gens dans la m... . Quand un arbre s’écrase sur un stand, qui peut-on blâmer? On en a fait quelques-uns des festivals super roots, avec une sécu aléatoire... Mais le Pukkelpop est sans doute le mieux organisé auquel on ait participé. Ça aurait pu être encore plus dramatique. On est conscient d’avoir eu de la chance, car personne n’était en sécurité, où qu’on se trouvait. C’est arrivé de nulle part. C’était extrêmement violent et soudain. On ne peut rien contre ça."

Dimanche soir, Fadila Laanan, ministre la Culture, annonçait la tenue d’une table ronde, dès la rentrée, sur les mesures de sécurité à prendre lors des festivals. Cette initiative devrait identifier les bonnes pratiques des différents organisateurs.