Belgique

Dans une interview qu'il a accordée à la chaîne européenne Euronews, le Premier ministre Yves Leterme défend le code du logement flamand qui oblige les candidats à un logement social à se dire disposé à apprendre le néerlandais. "La méconnaissance d'une langue en Belgique est source d'injustices sociales" dit notamment Yves Leterme.

Injustices sociales

Le code flamand du logement fait depuis longtemps l'objet de critiques de la part des francophones. Des instances internationales se sont également déjà intéressées au sujet et ont manifesté leur inquiétude. C'est notamment le cas d'un récent rapport d'une Commission des Nations unies.

L'actuel Premier ministre fédéral, Yves Leterme, était Président du gouvernement flamand lorsque le code du logement a été adopté. Il le défend donc en rappelant que le but de l'obligation d'apprendre le néerlandais est de favoriser l'intégration sociale. "Je crois que les juristes qui approchent ce dossier devraient savoir qu'au-delà de leurs cogitations très intéressantes au niveau juridique il y a un drame social", dit M. Leterme.

Et d'ajouter que la méconnaissance du français ou du néerlandais est source d'injustices sociales. "Il y a des enfants, aujourd'hui, qui entament leur scolarité sans connaître ni le français ni le néerlandais. Et donc, au-delà des Nations unies, de la Commission européenne et des rapports très savants qui ont été publiés, il faut surtout essayer de résoudre cette question sociale. Je crois qu'offrir aux enfants, à leurs familles, notamment lorsqu'elles sont demandeuses d'un logement social, la possibilité de s'intégrer via la langue, c'est vraiment offrir un moyen d'émancipation sociale", dit encore le Premier ministre. (Belga)