Bientot l'Internet ultra rapide en Europe?

AFP Publié le - Mis à jour le

Cyber

La commissaire européenne chargée de l'agenda numérique, Neelie Kroes, a annoncé jeudi qu'elle proposerait d'ici la fin de l'année un ensemble de règles pour favoriser l'investissement dans la fibre optique afin de contribuer à la généralisation du haut débit en Europe.

"La transition vers une nouvelle génération de réseaux à haut débit coûteux et coexistant avec les anciens représente un défi", a souligné Mme Kroes au cours d'une conférence de presse.

L'accès à l'internet à une vitesse de 100 mégaoctets par seconde va devenir de plus en plus indispensable, et il faudra pour cela une "nouvelle génération" de fibres car les connexions ADSL grâce à des réseaux en cuivre ne seront plus suffisants, explique Mme Kroes sur son blog.

Le problème est d'inciter le secteur privé à investir dans la fibre optique sans entraver la concurrence, une difficulté qui n'existe pas dans "des pays comme la Chine, qui ont une approche plus dirigiste", explique-t-on dans son entourage.

Mme Kroes veut notamment mettre en place des règles anti-discrimination pour empêcher que les réseaux historiques ne bénéficient d'avantages indus. Ces opérateurs historiques, comme France Télécom, Telefonica, Deutsche Telekom ou Telecom Italia, possèdent en effet tous des réseaux en cuivre, et certains fournisseurs d'accès à l'internet les accusent de facturer des prix trop élevés pour l'accès à ces réseaux.

Pour autant, souligne-t-on dans l'entourage de Mme Kroes, la question du prix d'accès aux réseaux cuivrés est délicate: des prix trop élevés pourraient inciter les opérateurs historiques à en tirer des bénéfices d'exploitation faciles et les dissuader d'investir dans la fibre optique.

Mais des prix trop bas, à l'inverse, risquent d'avoir un effet concurrentiel négatif et de les dissuader tout autant d'investir dans la fibre optique, qui coûte cher à mettre en place.

Mme Kroes souhaite donc que les prix d'accès aux réseaux cuivrés soient stabilisés et harmonisés, et que ces nouvelles règles s'inscrivent dans la durée, au moins jusqu'à 2020, pour donner aux investisseurs un environnement plus sûr.

L'organisation ETNO, qui regroupe les opérateurs de télécommunications en Europe, a "salué" cette annonce dans un communiqué, et en particulier le fait que "les règles soient stabilisées pour les huit prochaines années au moins, ce qui facilitera les projets d'investissements dans les réseaux de nouvelle génération".

Publicité clickBoxBanner