Google semble avoir relancé les hostilités contre les journaux belges

AFP Publié le - Mis à jour le

Cyber Google semble avoir repris vendredi les hostilités contre des éditeurs de journaux en Belgique, avec lesquels il est en conflit depuis 2006 à propos de son service "Google Actualités", en cessant de référencer les sites de ces journaux sur son moteur de recherche principal, a constaté l'AFP.

Une recherche effectuée vendredi avec les mots "Le Soir" sur le célèbre moteur de recherche renvoie vers "Le Soir d'Algérie", mais plus vers le site du quotidien bruxellois.

La recherche de sites d'autres journaux belges, tels que La Libre Belgique ou La Dernière Heure ne donnaient pas plus de résultats.

L'affaire avait débuté en janvier 2006, lorsque le géant américain de l'internet avait lancé en Belgique son service "Google Actualités", qui recense les principaux titres de l'actualité.

La société Copiepresse, qui gère en Belgique les droits des éditeurs francophones et germanophones, était immédiatement montée aux créneaux, réclamant que Google paie des droits d'auteurs à ses membres, ou à défaut qu'il cesse de référencer les articles qu'ils publient.

Google avait choisi cette deuxième option mais, en guise de représailles, avait également cessé durant plusieurs mois de ne plus référencer les sites de ces journaux sur son moteur de recherche principal, les privant de la sorte d'une part de trafic.

Google avait néanmoins accepté de référencer à nouveau les sites des journaux en mai 2007, alors que se déroulait en parallèle une longue bataille juridique, finalement perdue par la firme californienne.

Le 6 mai, la cour d'appel de Bruxelles l'a en effet déboutée, estimant qu'elle violait bien les droits d'auteur en diffusant sur Google Actualités, sans consentement préalable des éditeurs, le contenu rédactionnel des journaux affiliés à Copiepresse.

Google avait alors indiqué étudier l'opportunité d'aller en cassation, réaffirmant sa conviction que Google Actualités respectait les droits d'auteurs. Un de ses porte-parole, Al Verney, avait également assuré que Google s'engageait "à continuer à collaborer avec les éditeurs afin de leur permettre de tirer des revenus de la diffusion en ligne de leurs informations".

M. Verney n'était pas immédiatement joignable vendredi pour commenter ce nouveau rebondissement.

Publicité clickBoxBanner