International Le petit Etat des Balkans célèbre ses dix années d’indépendance. Une nouvelle "cour spéciale", installée à La Haye, doit émettre bientôt ses premières inculpations. Elle doit se pencher sur les crimes commis lors de la guerre de 1998-99.
Berianë Mustafa, journaliste à la Radiotélévision du Kosovo (RTK), donne rendez-vous dans un café branché du centre de Pristina. Son père, Xhemajl, porte-parole de la Ligue démocratique du Kosovo (LDK), était l’un des principaux conseillers d’Ibrahim Rugova, le dirigeant historique de la résistance pacifique des Albanais du Kosovo. Xhemajl Mustafa a été abattu le 23 novembre 2000, à 15 heures, dans la cage d’escalier de son immeuble, dans le quartier populaire de Dardania, en plein centre de Pristina. "Les tireurs l’attendaient dans les escaliers, et ils ont pris la fuite après le meurtre. Nous avons bien reçu la visite des enquêteurs de la mission des Nations unies (Minuk) en 2001, puis de ceux de mission européenne Eulex en 2013, mais aucun procès n’a jamais eu lieu. Mon père a officiellement été abattu par des inconnus, pour des motifs également inconnus."