International

Il régnait comme une atmosphère de fancy-fair en cet après-midi de juin dans les jardins du Birkenhof, à Spandau, un quartier paisible de Berlin où se côtoient un atelier de maquillage pour les enfants et un buffet proposant tant du riz afghan aux raisins que des boulettes de viande aux poivrons syriennes.

Il y a quatre ans, ce centre était un home pour personnes âgées avant de fermer. Il accueille, depuis 2017, 333 réfugiés et demandeurs d’asile. "Nous logeons des gens qui vont probablement rester, comme les Syriens, mais aussi d’autres qui n’ont quasiment aucune chance d’obtenir l’asile, comme des Tchétchènes ou des Moldaves", constate Jyoti Chakma, le directeur du site.

=> "Beaucoup avaient peur de la criminalité"

=> 600 heures pour parler allemand

=> "Qui logera une famille de sept personnes ?"

(...)