International Après le vote de la loi israélienne sur la propriété des absents en 1950, les résidents ayant fui leurs foyers entre le 29 novembre 1947 et le 1er septembre 1948 sont considérés comme "absents" et perdent donc leurs droits de propriété. Dès lors, leurs biens sont gérés par un administrateur public, qui agit en tant que propriétaire. Leurs maisons ont donc pu être investies, et parfois vendues à des résidents israéliens.