International

Sept employés de la télévision privée Tolo TV ont été tués mercredi soir à Kaboul lors d’un attentat commis par un kamikaze qui a projeté son véhicule piégé contre le minibus qui les reconduisait à leur domicile. Les faits se sont produits sur la route de Dar ul-Aman qui mène aux anciens palais de la royauté afghane.

L’attentat n’a pas été revendiqué mais il porte la marque des talibans. En octobre, ces derniers avaient indiqué que les deux principales chaînes afghanes, Tolo et 1TV, étaient considérées comme des “cibles militaires”, notamment pour avoir accusé les talibans de viols lors de leur brève occupation de Kunduz.

En s’attaquant à Tolo TV, fondée par trois frères australiens d’origine afghane, les islamistes veulent ramener l’Afghanistan à la période talibane, terminée en 2001. Tolo TV est réputée pour sa liberté de ton, son goût pour les séries indiennes, ses présentatrices sans voile. Elle reste la télévision la plus populaire du pays. “Ces attaques lâches ne nous dissuaderont pas de continuer à révéler la vérité”, a réagi le présentateur vedette Fawad Aman sur son compte Facebook.

Dès son lancement il y a dix ans, Tolo TV avait suscité des critiques des milieux conservateurs en Afghanistan. En 2007, le procureur général Abdul Jabar Sabet, proche du dirigeant islamiste Hekmatyar, avait dans une interview à La Libre Belgique accusé de répandre “l’adultère” en exposant “des femmes à demi-nues”. Le directeur de la chaîne, Saad Mohseni rétorquait que Tolo offrait aux téléspectateurs la possibilité de voir plusieurs perspectives. “Les gens ne changeront que s’ils le veulent bien”, disait-il. L’attentat a fait aussi une vingtaine de blessés, dont des femmes et des enfants selon le ministère afghan de la Santé. Au moins cinq autres attentats ont eu lieu depuis le début de l’année, alors qu’une relance des pourparlers de paix est en cours avec certains dirigeants talibans.