International

Le sommet Ukraine-UE qui se tenait mercredi et jeudi à Kiev fut l’occasion pour les deux parties de se féliciter de l’entrée en vigueur de l’accord d’association avec l’UE, entériné mardi dernier, ainsi que de la levée des visas entre Ukraine et UE. Mais les inquiétudes subsistent sur la capacité du gouvernement ukrainien à mener à terme un ambitieux plan de réforme.

Les raisons de se réjouir ne manquaient pas pour Petro Porochenko, le président ukrainien, ainsi que pour le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et celui du Conseil européen Donald Tusk, tous trois réunis à Kiev : la possibilité depuis le 11 juin pour les Ukrainiens de se rendre en Union Européenne sans visa a été présentée comme un aboutissement majeur par le président ukrainien, qui a affirmé que plus de 100 000 Ukrainiens en avaient déjà profité.

Moins éclatant mais plus lourd de conséquences à terme : l’entrée en vigueur officielle de l’accord d’association avec l’Union Européenne, actée mardi, qui comprend un accord de libre-échange (partiellement en vigueur depuis janvier 2016) ainsi qu’un renforcement de la coopération dans près de 28 domaines, notamment l’énergie, la justice et la sécurité. Donald Tusk s’est ainsi félicité d’une hausse de 25 % des échanges commerciaux entre les deux pays en 2016.

(...)