International

Un petit rectangle rouge surplombant la Seine fait rire les touristes. En plein coeur de la capitale, Paris poursuit son expérimentation d'"uritrottoirs", des pissotières qui se veulent écologiques et sans odeur, mais font grincer des dents certains riverains. "C'est plus facile d'aller aux toilettes, vous entendez l'eau. Il y a des gens qui ont parfois du mal", plaisante Jonathan, touriste new-yorkais. "Certains seront peut-être mal à l'aise", souligne tout de même le jeune homme qui travaille dans la publicité.

"Je suis le premier à l'utiliser ? C'est très confortable", lance en s'esclaffant un autre homme sous les rires de ses proches. En contrebas, les bateaux-mouches naviguent, apercevant à peine le sommet du petit bac rouge d'environ un mètre de large, surplombé de petites plantes.

Inventés par une petite entreprise du nord-ouest de la France, les "uritrottoirs" sont avant tout des urinoirs "écologiques" pour leurs concepteurs.

"L'urine est stockée avec de la matière sèche (de la paille, ndlr) qui peut ensuite être transformée en compost", explique Laurent Lebot, l'un des deux designers de l'entreprise Faltazi.

Alors que la ville de Paris avait déjà installé au printemps trois de ces urinoirs, des grondements ont accompagné l'arrivée du quatrième dans une rue calme de la très touristique Île Saint-Louis.

"Je trouve ça très bien, mais l'emplacement n'est pas le bon du tout", regrette Grégory, photographe de 43 ans qui habite le quartier depuis 3 ans, devant les micros de journalistes français et japonais. "Ils auraient pu le mettre directement sur les quais", déplore-t-il.

Mais les urinoirs doivent être accessibles par véhicule pour des raisons de vidange et pour changer la matière sèche toutes les 3 semaines.

"Je trouve ça dommage que la dimension écologique ne soit pas indiquée", ajoute le jeune homme.

Alertée par des amies du quartier, Françoise se dit "scandalisée" par un objet "vraiment pas très esthétique".

Leana, une jeune touriste russe, préfère en rire: "bien sûr que les touristes russes l'utiliseraient".

La mairie de Paris et celle du IVe arrondissement rappellent que ces urinoirs sont installés à titre expérimental, et pour répondre à une "demande des riverains".

"On est tout à fait prêts à discuter du lieu", assure Evelyne Zarka, première adjointe au maire de l'arrondissement Ariel Weil.

"Un 'uritrottoir' mal placé sera difficilement accepté", reconnaît Laurent Lebot, qui convient du paradoxe d'un outil "pensé pour la nuit, mais visible le jour". "Le concept n'est pas qu'il trône au milieu du trottoir", dit-il.

Comme celui qui trône sous une arcade discrète non loin de la gare de Lyon. Les plantes censées l'embellir sont sans vie, pas aidées par les mégots et bouteilles en plastique jetés dessus.

Pas de quoi rebuter Scott Messori, touriste milanais : "j'aime beaucoup", sourit le jeune homme, se prêtant volontiers au jeu. "En Italie il n'y a rien de semblable".

Difficile en revanche de faire plus exposé que l'"uritrottoir" situé à une centaine de mètres du Moulin Rouge... et à une vingtaine de mètres de l'une des 400 sanisettes gratuites de Paris.

"Je crois que les touristes s'en fichent, mais pour des clients français, il faudrait l'enlever", soupire un barman à la terrasse la plus proche.

La police "ne souhaite pas qu'il y ait trop de dissimulation, pour ne pas retrouver les problèmes de drogue ou de sexe qu'il pouvait y avoir avec les vespasiennes, le curseur pudeur n'est pas facile à placer", explique Laurent Lebot.

Reste la critique la plus fréquente : "et les femmes, comment elles font ?"

"Pour des questions d'intimité il est indispensable d'offrir une cabine aux femmes. L'uritrottoir a pour intérêt de délester les sanisettes existantes (...) ainsi davantage réservées aux femmes", fait valoir l'entreprise.