International

En cette année électorale, le président contesté a pris très rapidement, dès le mois de janvier, une série de mesures qui ont tout l’air d’un coup d’État constitutionnel : renvoi des chefs de la police, arrestation du président de la Cour suprême, maintien en détention malgré l’avis contraire de la justice d’une dizaine de députés d’opposition, arrestation de son demi-frère (âgé de plus de 80 ans) et déclaration de l’état d’urgence pour quinze jours.