International

Habemus Groko ! Sociaux-démocrates et conservateurs allemands ont conclu mercredi matin leur programme de gouvernement de "grande coalition" après un dernier marathon de 24h. "Nous avons un contrat de coalition très très positif pour les citoyens et citoyennes", a confirmé Peter Altmaier, actuel ministre des Finances et éminence grise d'Angela Merkel.

Après avoir lutté pied à pied, le SPD remporterait les "grands ministères" : les Affaires étrangères, les Affaires sociales et surtout les Finances, indique la presse allemande. L’Intérieur et donc la gestion de la politique migratoire irait aux conservateurs bavarois de la CSU. Ils garderaient en outre les transports, où leur gestion de la crise du diesel avait satisfait l’industrie automobile allemande…

Le leader des SPD, Martin Schulz serait candidat pour les Affaires étrangères. Le maire de Hambourg, Olaf Scholz, remporterait les finances.

Le contrat de mariage fait près de deux cents pages, avec des engagements fermes pour l’Europe ou pour l’investissement dans le numérique, les écoles ou le logement social. En revanche, les négociateurs ont décidé finalement de reporter la résolution de deux questions particulièrement conflictuelles : le financement des retraites et l’assurance santé à deux vitesses. Deux sujets qui devront être analysés par une commission d’enquête.

Le "deal" arraché dans la nuit suffira-t-il à convaincre les militants SPD de ratifier l’accord ? Les jeux ne sont toujours pas faits. Kevin Kühnert, le leader des "jeunes socialistes" qui mène la campagne contre la grande coalition peut se venter d’avoir réussi à mobiliser. Près de 25.000 nouveaux adhérents se sont inscrits au SPD depuis janvier pour pouvoir voter "pour ou contre" la Groko. Le sort d’Angela Merkel dépend donc toujours des 460.000 militants SPD.