International

Cette organisation, qui ne nomme pas dans son communiqué le chef de l'Etat, s'inquiète de "la tentation de reporter sur les magistrats et fonctionnaires, y compris à travers l'imputation de fautes disciplinaires, la responsabilité des difficultés de fonctionnement" rencontrées dans les juridictions.

La conférence, qui regroupe tous les présidents de cour d'appel, rappelle que ces difficultés sont liées aux "effets conjugués des contraintes budgétaires et des charges nouvelles imposées par la succession des réformes législatives".

Jeudi matin, le chef de l'Etat, en visite à Orléans, a fustigé les "dysfonctionnements graves des services de police et de justice" dans le traitement judiciaire de Tony Meilhon, mis en examen pour "enlèvement suivi de mort" de Laëtitia Perrais, 18 ans, et promis des "sanctions" contre leurs responsables.