International La scène se déroule jeudi 6 décembre à Mantes-la-Jolie, face au lycée Saint-Exupéry. Ces images d'adolescents agenouillés, mains sur la tête, face à un mur et entourés de policiers armés ont été énormément relayées sur les réseaux sociaux. Nombre d'internautes parlent d'humiliation tandis que d'autres font le rapprochement avec des vidéos d'exécution.

146 personnes ont été arrêtées. Elles sont soupçonnées de "participation à un attroupement armé" après des heurts et dégradations a indiqué à l'AFP le commissaire de la ville, assurant vouloir ainsi "interrompre un processus incontrôlé".

L'AFP a confirmé l'authenticité des images, comme elle l'a confirmé sur Twitter.


"L'image est forcément choquante. Il y a eu des images choquantes parce que nous sommes dans un climat de violence exceptionnelle. (...) Il faut faire très attention aux images découpées. Il faut savoir ce qui s'est passé avant, le contexte dans lequel elles se sont passées", a déclaré le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, sur France Inter.

"Que s'est-il passé jeudi à Mantes-la-Jolie ? Il y a des éléments extérieurs au lycée, des personnes de plus de 20 ans souvent, qui avaient accumulé des poubelles les jours précédents. Ils ont coincé le lycée, rameuté des lycéens parfois venus d'autres départements, ils ont envahi un pavillon, volé des bonbonnes de gaz... Ils ont commis des exactions, attaqué les forces de l'ordre qui ont cherché à les neutraliser et en les neutralisant, ils les ont mis contre un mur avec les images que l'on voit", a-t-il poursuivi.