Albert et Charlene sont unis civilement

Christian Laporte Publié le - Mis à jour le

International

L’exactitude est la politesse des Rois et donc a fortiori des Princes C’est donc à 17 heures pile comme le prévoyait le programme officiel que le prince Albert II, dans un costume de cérémonie noir et sa fiancée Charlene Wittstock en tailleur bleu ciel ont fait leur entrée dans la salle du Trône du Palais de la Principauté de Monaco. Même si "L’Express" a continué jusqu’au bout à maintenir envers et contre tout son information sur la présumée fuite potentielle de la fiancée, interceptée in extremis à l’aéroport de Nice, les deux futurs mariés ont d’emblée voulu démentir les rumeurs en s’échangeant moult sourires complices.

Et il n’y a pas vraiment eu de suspense lorsque l’officier d’état civil, en l’occurrence Philippe Narmino, le président du Conseil d’Etat de Monaco, après avoir accueilli le couple et les invités en français, en anglais et en monégasque, a demandé d’abord le consentement de la jeune femme, étant donné que le Prince, jouait, si l’on ose ainsi dire, à domicile.

Sans une once d’hésitation, Charlene Wittstock a répondu positivement, puis ce fut au tour du chef de l’Etat monégasque de marquer lui aussi son approbation devant quelque 90 invités ou témoins de marque dont les membres du gouvernement monégasque, l’archevêque local, les princesses Stéphanie et Caroline assises côte à côte, le chambellan du Prince, le président du Conseil national, les ambassadeurs de France et d’Afrique du Sud ainsi que le nonce apostolique.

Voilà pour les VIP, mais à l’extérieur quelque 3 500 habitants de la Principauté ont aussi pu suivre la cérémonie et l’échange des consentements sur des écrans géants installés sur la place du Palais dont les portes étaient très symboliquement restées grandes ouvertes.

Il faut préciser que tous les Monégasques avaient reçu un carton d’invitation pour assister au mariage civil et au buffet qui suivait, composé, ben oui, de spécialités sud-africaines. Ils n’ont pas dû attendre longtemps pour voir arriver les nouveaux mariés sur le balcon et échanger l’inévitable baiser scellant aux yeux de Monsieur et Madame Tout-le-monde leur union civile puisque la cérémonie avait été menée tambour battant en moins de dix minutes avec l’enchaînement de la lecture des textes, des actes de naissance, du code civil, et, bien entendu, des règles et devoirs respectifs des époux. A noter encore qu’un contrat de mariage a été déposé chez un notaire de Monaco. Quant aux choix des témoins, le Prince avait opté pour Christopher Levine, son cousin germain (et fils de la sœur de Grace Kelly) alors que Charlene Wittstock avait choisi Donatella Knecht de Massy, une cousine par alliance d’Albert mais surtout une amie de la mariée depuis son arrivée sur le Rocher.

Après un concert de Jean-Michel Jarre, vendredi soir, ce sera donc le mariage religieux ce samedi toujours sur le coup de 17 heures, non pas à la cathédrale mais en plein air. Après le suspense [?] place au glamour et aux invités de marque. Bien plus nombreux que ceux cités dans nos éditions de vendredi avec notamment le Grand-Duc Henri de Luxembourg, les présidents de Hongrie, d’Islande et de Malte, une noria de princes héritiers et des vedettes comme s’il en pleuvait dont Roger Moore mais aussi une danseuse belge, Bernice Coppieters qui est membres des Ballets de Monte-Carlo

Publicité clickBoxBanner