International

Face je gagne, pile tu perds : qu’il y ait ou non une alliance entre les conservateurs et les sociaux-démocrates pour gouverner, l’AfD, le parti d’extrême droite allemande, sort gagnant.

Le sort d’Angela Merkel dépend en revanche en grande partie de la force de persuasion de Martin Schulz, qui doit convaincre dimanche les délégués du SPD de voter pour continuer à négocier une coalition avec la CDU et la CSU. En attendant, l’AfD creuse son sillon au Bundestag, où l’extrême droite est entrée pour la première fois depuis la guerre.