Allemagne: terminus pour le train de déchets nucléaires

AFP Publié le - Mis à jour le

International

Le dernier convoi de déchets nucléaires allemands en provenance de France a atteint dans la nuit de dimanche à lundi son terminus ferroviaire à Dannenberg (nord de l'Allemagne), a constaté l'AFP.

Le train, parti depuis plus de 109 heures de Valognes (France) -- le trajet le plus long des 13 convois de France à destination de Gorleben depuis 1995 --, est arrivé à 04H04 GMT à la gare de déchargement, où les 11 conteneurs transportant des déchets nucléaires allemands retraités en France seront chargés sur des camions.

L'opération prendra plusieurs heures et les camions devront ensuite parcourir à vitesse réduite une vingtaine de km qui les séparent de l'ancienne mine de sel de Gorleben, reconvertie en site temporaire de stockage pour les résidus hautement radioactifs.

Tout au long de la journée de dimanche, le convoi a été considérablement ralenti par la mobilisation des militants anti-nucléaires.

Quatre agriculteurs locaux, qui s'étaient enchaînés aux voies ferrées et avaient coulé un bloc de béton pyramidal par-dessus, ont ainsi résisté 14 heures, à Hitzacker, aux efforts de la police pour les déloger. Ils ont finalement accepté de se libérer, peu après 21H00 GMT, pour ne pas mettre leur santé en jeu, a indiqué la police. Selon l'association anti-nucléaire X Tausendmalquer, ils ont cédé face aux "comportement violent des policiers" à leur égard.

Dimanche au petit matin, la police avait évacué plusieurs milliers de manifestants occupant la voie ferrée menant à Dannenberg, interpellant 1.300 d'entre eux qui s'étaient activement opposés à l'opération.

Le transport en camion, qui devrait avoir lieu lundi, trouvera encore sur son chemin un certain nombre d'obstacles. Un millier de personnes se sont ainsi déjà installées aux abords immédiats du site de Gorleben, malgré la pluie tombée dans l'après-midi.

Les activistes réclament une sortie plus rapide de l'Allemagne du nucléaire -- actuellement prévue pour 2022 -- et pour qu'une solution définitive pour le stockage des déchets les plus dangereux soit trouvée.

Ils jugent le site de Gorleben inadapté pour cela et accusent les pouvoirs publics de minorer et travestir les mesures de radioactivité dans la région.

Publicité clickBoxBanner