International

La ville de Wiesbaden en Allemagne a fait retirer dans la nuit de mardi à mercredi une statue dorée du chef de l'Etat turc installée en centre-ville dans le cadre d'un festival artistique, en raison de la polémique qu'elle suscitait. "En accord avec la police, la municipalité a décidé de faire démonter la statue car la sécurité autour ne pouvait plus être garantie", a indiqué la mairie dans un message sur son compte twitter. Elle a été déplacée par une grue.

Cette statue de quatre mètres de hauteur d'un président Recep Tayyip Erdogan peint de couleur doré et levant le doigt d'un air décidé avait été installée en début de semaine dans la ville par les organisateurs d'un festival d'art, la Biennale de Wiesbaden.

Ce festival, qui avait obtenu l'autorisation des autorités locales, s'est donné cette année comme mot d'ordre "bad news" (mauvaises nouvelles) et entendait avec cette statue provoquer le public et inciter à la discussion.

Leurs espoirs ont été atteints sans doute au-delà de leurs espérances: les esprits se sont échauffés de plus en plus depuis lundi entre partisans et adversaires de ce projet et d'Erdogan.

Peu après avoir été installée, divers commentaires insultants, parmi lesquels "Hitler turc", ont été inscrits sur la statue. Le ton est particulièrement monté mardi soir devant l'installation lorsque les deux camps se sont fait face "dans une atmosphère un peu agressive", selon un porte-parole de la police.

Un responsable local de la sécurité, Oliver Franz, a même fait état auprès du quotidien Wiesbadener Kurier d'échauffourées entre les deux parties. "Des couteaux ont été observés", a-t-il ajouté.

Cette situation a finalement poussé la mairie à ordonner le retrait de la construction artistique.

Le directeur du théâtre de Wiesbaden à l'origine de l'action, Uwe Eric Laufenberg, a lui défendu l'initiative au nom de la liberté d'expression. "Nous avons monté la statue pour discuter d'Erdogan", a-t-il dit, selon l'agence DPA. "Dans une démocratie il faut pouvoir supporter toutes les opinions", a-t-il ajouté.

Un responsable local du parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD), Emil Sänze, a dénoncé en retour "la bêtise" des organisateurs qui "offrent une scène à un despote passant son temps à humilier les Allemands".