International

Une réunion de crise se tenait mardi dans la ville allemande de Cologne, après qu'une soixantaine d'agressions sexuelles ont été enregistrées la nuit du Nouvel An aux abords de la gare et de la célèbre cathédrale. La police a enregistré 60 plaintes pour agression sexuelle et une allégation de viol. Elle s'attend à ce que davantage de victimes se manifestent dans les prochains jours, a indiqué le chef de la police, Wolfgang Albers, lundi.

Le soir de la Saint-Sylvestre, environ un millier de personnes, selon la police, se sont rassemblées aux alentours de la gare de Cologne et ont allumé des pétards et des feux d'artifice. En petits groupes, certains auraient alors encerclé des femmes, les auraient harcelées et volées. Un témoin, cité par le magazine Der Spiegel, indique qu'il s'agissait principalement d'hommes "agressifs et saouls" et qu'il s'est senti comme dans un "marché aux bestiaux".

Selon Wolfgang Albers, les suspects paraissaient "provenir du Moyen-Orient ou d'Afrique du Nord". Il n'est cependant pas avéré qu'il s'agissait de demandeurs d'asile, souligne Der Spiegel.

Cinq hommes ont été arrêtés dimanche. Les investigations se poursuivent.

La bourgmestre de Cologne, Henriette Reker, rencontre la police locale et fédérale mardi afin de discuter des agressions, décrites comme relevant d'une "dimension criminelle totalement nouvelle".