International

Vladimir Poutine multipliait vendredi les contacts, s'entretenant avec la chancelière allemande Angela Merkel après le président turc Recep Tayyip Erdogan, alors que Moscou se trouve au centre du jeu pour tenter de sauver l'accord sur le nucléaire iranien après le retrait des Etats-Unis.

Lors d'un appel téléphonique, le président russe et la chancelière allemande Angela Merkel "ont discuté de la situation liée au Plan d'action conjoint (l'accord sur le programme nucléaire iranien, ndlr) à la suite du retrait unilatéral américain", a indiqué le Kremlin dans un communiqué.

Ils "ont souligné l'importance essentielle du maintien du Plan d'action conjoint pour la sécurité internationale et régionale", a-t-il ajouté alors que Mme Merkel est attendue le 18 mai à Sotchi, dans le sud de la Russie, pour une rencontre avec Vladimir Poutine.

Jeudi soir, le Kremlin a indiqué que Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan avaient également "confirmé leur détermination" à continuer à coopérer pour maintenir l'accord avec les autres pays signataires de l'accord, selon le Kremlin.

"Un succès diplomatique à préserver"

Selon des sources présidentielles turques, Erdogan et Poutine "ont convenu que la décision américaine au sujet de l'accord nucléaire était erronée et souligné que cet accord constituait un succès diplomatique qui doit être préservé".

La Russie s'est imposée ces dernières années comme un acteur majeur au Proche-Orient, un rôle renforcé par son intervention militaire en Syrie lancée en 2015 en soutien à Bachar al-Assad. Elle entretient de bons rapports avec des pays aux intérêts divergents et parfois rivaux, de l'Iran à la Turquie en passant par Israël.

Elle se situe de nouveau au centre du jeu depuis la décision de Donald Trump de se retirer de l'accord, dont elle avait contribué à la signature en 2015.

UE et Russie sur la même longueur d'ondes, fait assez rare

Cette annonce fait de la préservation de l'accord un objectif commun à Moscou et aux Européens, événement rare vu les tensions de ces dernières années, alimentées par les dossiers syrien et ukrainien et récemment renforcées par l'empoisonnement de l'ex-espion Sergueï Skripal en Angleterre.

Lundi, Moscou sera la deuxième étape d'une tournée du chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif, après Pékin dimanche et avant Bruxelles mardi où il rencontrera ses homologues français, allemand et britannique et Federica Mogherini, chef de la diplomatie de l'Union européenne.

Rohani, Poutine et Erdogan, en avril 2018.
© Afp