International

Plusieurs députés fédéraux ont appelé mardi le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders à convoquer l'ambassadrice d'Israël après des propos tenus en radio par cette dernière concernant les victimes de la répression israélienne à Gaza.

"Je regrette beaucoup pour chaque humain décédé même si ce sont des terroristes, 55 terroristes qui viennent près de la barrière pour essayer de passer sur le territoire israélien", a déclaré mardi matin Simona Frankel, ambassadrice d'Israël en Belgique, au micro de La Première. Des déclarations qui ne sont "pas acceptables", a notamment estimé le président de DeFI, Olivier Maingain. Ce dernier demande dès lors à M. Reynders de convoquer l'ambassadrice "pour lui rappeler les obligations internationales que l'État d'Israël est tenu de respecter". "Propos inacceptables" aussi pour le chef de groupe PS à la Chambre Ahmed Laaouej, qui demande au ministre Reynders "une réaction ferme". 

La co-présidente d'Ecolo Zakia Khattabi s'étonne elle que l'ambassadrice qualifie notamment l'un des victimes, âgées de 8 mois, de terroriste. Le député Wouter De Vriendt (Groen) pour sa part condamné les propos de Mme Frankel et plaidé pour une intervention du Premier ministre. Dans la majorité, Veli Yüksel (CD&V) a plaidé pour un rappel à l'ordre de l'ambassadrice. "Beaucoup de citoyens innocents ont été tués hier, parmi lesquels des enfants et des bébés. Les droits de l'homme ont été bafoués et l'usage de la force était totalement disproportionné", a-t-il commenté. Interrogé sur la RTBF, Charles Michel s'est dit "choqué" des propos de l'ambassadrice.