International

L'hymne américain retentit, chanté par Jackie Evancho.


Le 45ème président des Etats-Unis a prêté serment et a tenu un discours rassurant. En 15 courtes minutes, il en a profité pour lever le voile, très sommairement, sur ses ambitions et les priorités qu'il établira depuis le bureau ovale.


"America first"

Il l'a déjà prouvé: Donald Trump ne sera pas l'ami des entreprises qui délocalisent. Dans son discours, il a symbolisé sa volonté en deux règles simplissimes: "acheter américain, embaucher américain".

Eradiquer le terrorisme

"Le terrorisme radical sera éradiqué", a-t-il promis, quelques jours après avoir affiché sa volonté d'accélérer la guerre contre Daech. "Nous allons renforcer nos vieilles alliances et en former de nouvelles. Et unifier le monde civilisé contre le terrorisme islamique radical, que nous allons éradiquer complètement de la surface de la Terre", a déclaré sous les applaudissements l'ex-héros de téléréalité.

Des alliances renforcées

L'Amérique plus grande, mais aussi plus proche de ses "Allies": Donald Trump, dont les décisions diplomatiques laissent les plus grands experts dans l'embarras, garantit que les anciennes alliances seront "renforcées", mais qu'il en créera aussi de "nouvelles", un appel à peine voilé à calmer le jeu et à se rapprocher de Vladimir Poutine, mais aussi de Taïwan, alors qu'il s'est déjà mis Pékin à dos.

Il déplore que, depuis des années, l'Amérique "subventionne les armées d'autres pays", sans dire à quels Etats étrangers il faisait référence.

 

"Panser les divisions"

L'élection de Donald Trump? Le résultat d'un soutien rarement accordé par les électeurs américains, mais aussi d'une Amérique que l'on sait clivée. Dans ce contexte difficile, Trump appelle à une nouvelle fierté nationale, son thème de campagne, mais aussi "à panser les divisions" au sein de cette société qu'il va désormais diriger.