International

Amsterdam (Pays-Bas) et Paris (France), qui ont obtenu lundi les sièges respectivement de l'Agence européenne des médicaments et de l'Autorité bancaire européenne, sont "de très belles localisations" pour la Belgique, a reconnu lundi soir le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders. 

Bruxelles, candidate pour les deux agences, n'a obtenu que cinq voix à chaque fois. "Amsterdam est au sein du Benelux, on y parle néerlandais, Paris est à à peine plus d'une heure en TGV de Bruxelles, et on y parle français", s'est réjoui le ministre, qui a félicité les lauréats à l'issue des votes.

Amsterdam l'a emporté au tirage au sort face à Milan (Italie), les deux villes ayant obtenu chacune 13 votes au troisième tour dans cette bataille pour obtenir le siège de l'Agence européenne des médicaments (EMA). Un pays s'est abstenu de voter aux deuxième et troisième tours.

Le même scénario s'est peu ou prou répété lors du second vote, pour l'Autorité bancaire européenne. Paris et Dublin (Irlande) se sont retrouvées face à face avec 13 voix chacune, et il a fallu les départager par tirage au sort.

"On se serait cru à un tirage de la Coupe du monde de football, avec une urne et des boules contenant les noms des villes", s'est amusé Didier Reynders.

La déception de voir les deux Agences échapper à Bruxelles n'était pas trop difficile à digérer. "On savait que c'était compliqué de présenter deux candidatures quand on a déjà plusieurs institutions", a reconnu le ministre des Affaires étrangères. Difficile de savoir qui a voté pour la Belgique, et qui s'est défilé. Bruxelles tablait en effet sur sept points, selon une source proche du dossier.

Tous les regards belges vont maintenant se tourner vers la procédure de sélection du nouveau directeur ou de la nouvelle directrice d'Europol. La commissaire générale Catherine De Bolle est candidate, et les ministres belges ne ménagent pas leurs efforts pour convaincre les derniers indécis de la soutenir. "Ca progresse", s'est contenté de dire Didier Reynders lundi soir. "Il y a tellement de choses à discuter."