International

Oliver North, ancien officier américain impliqué dans le scandale des ventes d'armes à l'Iran pour financer les Contras au Nicaragua, va présider la NRA, le premier lobby des armes aux Etats-Unis, a annoncé l'organisation lundi. "Il s'agit de la plus formidable nouvelle depuis que (l'acteur aujourd'hui décédé) Charlton Heston est devenu président de notre association", s'est réjoui Wayne LaPierre, directeur général de la National Rifle association.

"Oliver North est un combattant légendaire pour la liberté de l'Amérique, un communicant doué et un leader qualifié", a affirmé M. LaPierre, qui dirige au jour le jour la NRA, le rôle du président étant davantage honorifique.

M. North, lieutenant-colonel à la retraite de 74 ans, va couper ses liens avec Fox News, la chaîne conservatrice où il effectue des interventions régulières.

Le nom d'Oliver North reste étroitement associé à la retentissante affaire de l'Irangate sous la présidence de Ronald Reagan dans les années 1980.

Celle-ci avait consisté en des ventes d'armes à l'Iran, dont les profits servaient à financer les Contras nicaraguayens, en lutte contre le sandiniste Daniel Ortega. Des opérations théoriquement interdites par le Congrès américain.

M. North, alors membre du Conseil national de sécurité, avait joué un rôle central dans ces transferts.

La révélation de ceux-ci avait déclenché des investigations officielles, à l'issue desquelles Oliver North avait été condamné pour destruction de documents, entrave à une enquête du Congrès et acceptation de gratification illégale.

Il avait par la suite contesté victorieusement en justice ces condamnations, en faisant valoir l'immunité qu'il avait négociée en échange de son témoignage au Congrès.

La NRA compte parmi ses fervents supporteurs le président Donald Trump, qui a parlé vendredi à sa tribune et qui a bénéficié de l'appui financier de l'organisation pendant sa campagne électorale.