International La Turquie est bien déterminée à ne pas ouvrir sa frontière aux réfugiés syriens venus d’Alep et de ses environs. Elle a érigé au moins huit camps du côté syrien, où une organisation humanitaire proche de l’AKP fournit l’essentiel. Mais certains réfugiés ont réussi à passer de l’autre côté en utilisant des réseaux de passeurs. Notre envoyé spécial raconte.


Au bout d’une route longiligne entourée de pistachiers, des dizaines de camions chargés d’aide humanitaire font le pied de grue sous une pluie fine, attendant l’autorisation de traverser le poste d’Öncüpinar, en route vers les camps de réfugiés situés à cinq cents mètres de là.

Dans le sens inverse, pour entrer en Turquie, la guérite semble déserte : seuls les Syriens déjà titulaires d’une "carte d’invité", un document délivré par les autorités turques, peuvent y passer. Parfois, une ambulance traverse toutes sirènes hurlantes : les blessés sont également admis, à titre individuel, pour obtenir des soins à l’hôpital municipal de Kilis, à cinq kilomètres au nord de la frontière.

Huit camps érigés par l’IHH

La Turquie semble bien déterminée à traiter ce nouveau chapitre de la crise des réfugiés en mettant en place des structures uniquement sur le territoire syrien. Côté turc, à quelques dizaines de mètres du poste frontière, l’ONG IHH, une association d’aide humanitaire islamique très proche du gouvernement turc et de l’entourage du président Recep Tayyip Erdogan, a fait sortir de terre d’immenses installations pour centraliser ses activités et sa logistique à destination des camps du côté syrien - bureaux, cuisines, four à pain, garages… "Dans les camps, ce sont surtout les problèmes d’hygiène qui sont criants : il manque d’eau potable, et les maladies infectieuses se développent", explique Burak Karacaoglu, le responsable d’IHH à Kilis. "Nous gérons huit camps de l’autre côté, et un neuvième est en préparation. Ce sont essentiellement des camps de tentes, mais nous avons comme projet de construire des camps plus salubres, avec des containers de 18 mètres carrés qui pourront héberger six personnes."

La suite de ce reportage à découvrir en intégralité dans la Sélection LaLibre.be (à partir de 4.83€ par mois).